BFMTV

Le député LFI Adrien Quatennens exige des masques gratuits au titre de l'"égalité républicaine"

Invité de BFMTV et RMC, le bras droit de Jean-Luc Mélenchon reproche au gouvernement ses "revirements" en matière de protection sanitaire face à l'épidémie de Covid-19.

D'après Adrien Quatennens, chaque Français devrait pouvoir se fournir un masque sanitaire aux frais de l'État. Invité ce mercredi de BFMTV et RMC, le député La France insoumise du Nord a réagi aux propos tenus par Emmanuel Macron la veille au 20H de TF1.

Le président de la République a notamment déclaré que l'État n'avait "pas vocation" à payer des masques pour tout le monde. Ils le seront pour les publics "précaires", a annoncé pour sa part le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran.

"Il y a une question d'égalité républicaine dans cette affaire. Les masques désormais sont obligatoires. Le virus continue de circuler, nous n'avons pas de traitement ni de vaccin, et beaucoup de scientifiques nous expliquent que le port du masque est une solution (...) pour limiter la circulation du virus", a développé Adrien Quatennens.

"Ce ne serait pas très cher"

Le numéro deux de LFI reproche par ailleurs à l'exécutif ses "revirements" en la matière. Et d'affirmer que les faibles stocks de masques évalués en février-mars auraient incité le ministère de la Santé à les qualifier initialement de "faussement protecteurs".

"J'encourage au respect de la consigne de port du masque, mais si le masque est obligatoire il doit être, et disponible, et gratuit. (...) L'État doit s'assurer de cette disponibilité, de cette gratuité", a insisté le député du Nord. "L'État en est tout à fait capable, (...) ce ne serait pas très cher."

Comment le financer? Selon Adrien Quatennens, il faudrait répercuter les gains obtenus par le rétablissement de l'impôt de solidarité sur la fortune, demandé par LFI depuis qu'Emmanuel Macron l'a remplacé par l'impôt sur la fortune immobilière.

Et le parlementaire d'évoquer une proposition de loi déposée par son groupe le 12 mai (mais qui n'a pas abouti), dans laquelle la gratuité des masques était financée par une augmentation des taxes sur le tabac. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon a d'ailleurs déposé une nouvelle "PPL" allant dans ce sens. Faute de soutien de La République en marche, elle risque de connaître le même sort que la précédente.

Jules Pecnard Journaliste BFMTV