BFMTV

Le baromètre des éditorialistes - Exclusions votées à LR mais pas actées: "ça en devient grotesque"

Camille Langlade

Camille Langlade - BFMTV

Les éditorialistes de BFMTV sont revenus mardi soir sur les conclusions du bureau politique des républicains tenu ce même jour. Edouard Philippe et Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu, Thierry Solère et Franck Riester sont exclus du parti parce qu'ils ont choisi de rejoindre ou de soutenir l'exécutif. Problème: faute d'un nombre suffisants de votants, l'instance devra encore se réunir la semaine prochaine.

Il était question de mettre fin à un feuilleton. Finalement, les Républicains ont choisi de le relancer. Ce mardi soir, le bureau politique du parti se réunissait pour évoquer la question de l'exclusion du Premier ministre Edouard Philippe, et des membres du gouvernement Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu mais aussi des députés "constructifs" Thierry Solère et Franck Riester. Ces exclusions ont bien été prononcées...mais faute d'une participation suffisante, il faudra une nouvelle réunion la semaine prochaine pour valider juridiquement ces mises à l'écart. Nos éditorialistes ont décrypté cet événement un brin déroutant.

-
- © -

> Camille Langlande: "C'est tout sauf une clarification"

"C’est tout sauf une clarification, ça en devient même grotesque. Et ça l’était déjà jusqu’ici, et le feuilleton n’est toujours pas terminé. Techniquement, ce quorum n’est pas atteint. On se demande même comment c’est possible que ça n’ait pas été vérifié avant. (…) Il y a un nombre incalculable de problèmes à régler. Edouard Philippe fait savoir qu’il n’a jamais quitté le parti. Donc il va sûrement contester cette décision. C’est ubuesque.

-
- © -

> Laurent Neumann: "Ils se tirent une balle dans le pied"

"Ce qu’on est en train de vivre est une catastrophe absolue pour les Républicains. Dans 48h, la haute autorité doit valider les candidatures pour la présidence du parti. Et donc ça commence de la pire des manières. Peut-être que ces futurs exclus font durer le plaisir parce que ça les arrange de pourrir ce début d’élection interne et pour tout dire, l’élection de Laurent Wauquiez. (…) Au moins, ce soir, on pensait à une clarification. Et cette réunion se termine dans la confusion la plus totale. Il va falloir reconvoquer un bureau pour atteindre le quorum. Vous imaginez quand même que dans ce bureau politique doit donc se décider quelque chose de très important à 48h de la présentation des candidatures, et ils sont à peine une quarantaine sur environ 120! Ils sont passés où les autres? Ils ne peuvent pas ne pas se rendre compte qu’ils se tirent eux-mêmes une balle dans le pied."

Damien Fleurot, chef-adjoint du service politique, a même noté qu'à moyen terme, les exclus pouvaient marcher sur les plates-bandes des Républicains: "Les Républicains donnent une très mauvaise image, celle d’un parti qui se divise. (…) Et à côté, on pourrait en plus avoir dans quelques jours ou quelques semaines, celui justement des Constructifs. Alors, peut-être sans Edouard Philippe, peut-être sans Sébastien Lecornu mais avec une nouvelle formation politique en marge des Républicains, du Modem ou de l’UDI."

R.V.