BFMTV

Laurent Berger réclame une "conférence de financement" du système de retraite

Laurent Berger

Laurent Berger - Bertrand Guay / AFP

Invité du 20 heures de France 2, le secrétaire général de la CFDT a par ailleurs estimé que la mise en place d'un âge pivot à 64 ans était une mesure "injuste" et "inutile".

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a de nouveau demandé dimanche le retrait de l'âge pivot, mesure "injuste" et "inutile", et a proposé sur France 2 "une conférence de financement" du système de retraite distincte du projet de loi en préparation.

Le retrait de l'âge pivot, un impératif

Il a par ailleurs indiqué que la CFDT, qui avait appelé à manifester le 17 décembre, déciderait "lundi" si elle se mobilisera le samedi 11 janvier comme l'intersyndicale (FO, CGT, Solidaires, FSU, CFE-CGC) des opposants qui demandent le retrait du projet a déjà prévu de le faire. 

Son organisation est favorable à un régime universel de retraites par points mais ne veut pas de mesure "budgétaire". 

- Il faut retirer cet âge pivot du projet, a-t-il insisté. - Est-ce le préalable à toute discussion ? -Oui, a-t-il répondu, alors qu'une concertation doit se tenir mardi au ministère du Travail sur la pénibilité et l'emploi des seniors. 

L'âge pivot à 64 ans, en dessous duquel il ne sera pas possible de partir avec une retraite à taux plein, est présenté par le gouvernement comme une manière de garantir l'équilibre financier du système. 

Mélanger des choux et des carottes

"C'est une mesure qui est d'abord injuste car cela va faire payer plus ceux qui ont commencer à travailler jeune, au bénéfice de ceux qui ont commencé à travailler plus tard", a-t-il détaillé. "C'est une mesure inutile et cela ne se justifie pas", a-t-il martelé. Une pétition sera lancée pour demander le retrait, a-t-il annoncé.

Interrogé sur une proposition de "malus temporaire", Laurent Berger a répondu: "tout se discute mais pas dans ce projet de loi". "Si le gouvernement met l'âge pivot dans ce projet, ça veut dire qu'il mélange des choux et des carottes", a-t-il dit. 

Et Laurent Berger de proposer de "continuer à travailler sur le contenu du système universel des retraites", sur la "pénibilité" et "la pré-retraite progressive". Dans le même temps, sur la question financière, "on convoque une conférence de financement des retraites qui jusqu'à fin juillet travaille à des propositions sur l'équilibre du régime à moyen et long terme".

La conception "très particulière" du dialogue de Pietraszewski

Il a par ailleurs qualifié de "vrai problème" et de "conception du dialogue très particulière" le fait que Laurent Pietraszewski, le nouveau Monsieur retraites du gouvernement, ait fermé la porte dimanche à toute réintégration des quatre critères de pénibilité retirés au début du quinquennat, une des demandes de la CFDT. 

"Avec les critères reconnus aujourd'hui c'est 180.000 personnes concernées, si on met les quatre autres critères (manutention de charges lourdes, postures pénibles, vibrations mécaniques et risques chimiques) c'est 800.000 personnes et là ca commence à avoir du sens", a-t-il expliqué.
E.P avec AFP