BFMTV

Un porte-parole de LaREM, Rayan Nezzar, démissionne après une polémique sur d'anciens tweets

Christophe Castaner, ici sur la photo, avait défendu Rayan Nezzar.

Christophe Castaner, ici sur la photo, avait défendu Rayan Nezzar. - Jean-Philippe Ksiazek - AFP

Rayan Nezzar était mis en cause à cause d'une série de tweets injurieux datant de son passé d'étudiant. Défendu par Christophe Castaner, il a finalement décidé de jeter l'éponge.

Même effacés, les tweets restent toujours. Rayan Nezzar en fait les frais: ce lundi, il annonce sa démission du poste de porte-parole de La République en marche après avoir été mis en cause, y compris dans son propre parti, pour d'anciens tweets injurieux envers des personnalités politiques.

"Ces derniers jours, des tweets que j'ai publiés entre 2011 et 2013 lorsque j'étais étudiant à Sciences Po ont suscité une vive polémique, mais aussi des déceptions", écrit-il dans un communiqué, publié sur Twitter.

Dans certains de ses tweets, qu'il a effacés depuis, Rayan Nezzar injuriait des personnalités politiques comme Valérie Pécresse, Alain Juppé et Jean-François Copé.

La défense de Castaner, nouvelle polémique

Devenu professeur d'économie à l'université Paris-Dauphine, l'intéressé avait exprimé ses regrets. Il avait été soutenu par le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, qui avait évoqué pour l'excuser "son vocabulaire de jeune de Montreuil", et déclenché par la même occasion une nouvelle polémique. 

"Afin de préserver notre mouvement, mais aussi mes proches, j'ai indiqué à Christophe Castaner ma décision de démissionner de mes fonctions", écrit Rayan Nezzar, qui assure ne pas "minimiser la portée" de ces anciens tweets. Et de conclure: "Je regrette de n'avoir pu montrer l'homme que je suis devenu par mon parcours, par mes valeurs et par mes engagements associatifs, politiques et sociaux".

Ariane Kujawski