BFMTV

Aurore Bergé sur les députés LaRem: "Je vous assure qu'on bosse"

La députée de La République en marche des Yvelines est, ce lundi matin, l'invitée de Jean-Jacques Bourdin.

Elle souhaite mettre un terme à un cliché. Aurore Bergé est l'une des nouvelles figures de l'Assemblée nationale, élue en juin dernier avec l'étiquette de la République en marche. Invitée de Bourdin Direct sur RMC et BFMTV ce lundi matin, la députée est revenue sur la transformation de l'ISF en IFI, votée vendredi soir par 77 députés contre 19, dans un Hémicycle qui en compte 577. Un chiffre qui interroge, sur une mesure pourtant ardemment débattue, même dans les rangs d'En Marche.

"Vous savez qu'on fait des roulements, qu'il y a eu des séances de nuit", explique-t-elle au sujet de cette faible présence. "Vous croyez qu'on ne travaille pas?" Elle même absente au moment du vote, la jeune élue déclare avoir été à Bruxelles, pour tenir "un engagement pris il y a plus d'un mois".

La carte de transparence

Notre invitée pense, au contraire, qu'il faut valoriser le travail de son camp, en jouant tout d'abord la carte de la transparence. "Moi mon agenda je l'ai rendu public, on est de très nombreux députés à rendre notre agenda public contre ce soupçon disant qu'on ne bosse pas."

Avant de marteler: "Je vous assure qu'on bosse, on bosse en audition, on bosse en commission, on bosse en séances publiques, on bosse en recevant un certain nombre de personnes des entreprises, des associations, et on bosse dans les circonscriptions."

"L'assiduité a augmenté"

Reste, selon-elle, un problème d'agenda. "Quand on enchaîne les séances de nuit, on fait des roulements, on ne peut pas être toujours 313 députés en permanence à l'Assemblée."

S'appuyant sur cette organisation, et faisant fi de certains débuts hésitants pour ceux qui, comme elle, découvrent encore la vie de député, Aurore Bergé l'affirme: le renouvellement, en juin dernier, de l'Assemblée nationale a eu un effet bénéfique sur la présence des élus. "L'assiduité a extraordinairement augmenté", conclut-elle.

Jé. M.