BFMTV

La nouvelle vie de Cécilia Attias, ex-Sarkozy

-

- - -

L’ex-première dame de France Cécilia Attias a évoqué ses projets et est revenue sur son divorce avec Nicolas Sarkozy dans une interview à un quotidien suisse.

Après neuf mois de silence, Cécilia Attias a accepté de parler. Elle s'est en effet confiée à Alain Jourdan, journaliste au service international de la Tribune de Genève. Ce dernier rentre de Dubaï où il vient de rencontrer Cécilia Attias, qui s'y est installée avec son fils Louis et sa fille Jeanne-Marie. Invité ce matin dans Bourdin&Co, Alain Jourdan est revenu sur cette interview.

Il a d'abord évoqué la nouvelle vie de l'ex-première dame de France : « Elle nous a dit qu'elle passait beaucoup de temps à s'occuper de sa famille, de l'installation, de la logistique. Elle est là-bas depuis le 17 août, c'est encore tout récent. On lui a demandé ce qu'elle allait faire et pour le moment elle n'a rien dans l'immédiat si ce n'est le démarrage prévu dans un mois de son engagement auprès d'une fondation (NDLR : qui a pour but de défendre le droit des femmes) qu'elle a créée aux Etats-Unis ».

Dans cette interview, Cécilia Attias évoque le fait que Richard Attias n'organise plus le Forum de Davos : « Genève... Bon... comment vous dire... Allez, ce qui doit être dit doit être dit. Mon mari avait ses bureaux à Genève. Il organisait le Forum de Davos depuis 13 ans pour Klaus Schwab. Le jour de notre mariage, ce dernier nous a fait un beau cadeau en nous annonçant qu'il se passerait désormais de Richard pour ne pas se mettre mal avec le gouvernement français. Depuis, j'ai appris que le président français se rendrait probablement au prochain Davos alors qu'il ne s'y était jamais rendu auparavant. Mon mari a beaucoup été déçu par tout ce qui s'est passé. (ndlr: Richard Attias a quitté la présidence de PublicisLive, une filiale du groupe Publicis spécialisée dans l'organisation d'événements internationaux) ». Alain Jourdan, qui a recueilli ces propos, les décrypte : « C'est une flèche qui est partie à un moment donné. L'interview était très fluide, ça s'est fait sur une heure et demie, c'était très spontané, il n'y a rien eu de préparé avant. Effectivement, à un moment donné, elle a lâché ça, c'est quelque chose qu'elle avait sur le cœur ».

En outre, Cécilia Sarkozy lui a laissé une très bonne impression :« Elle ne regrette pas du tout sa vie précédente. A moins qu'elle joue très bien la comédie ! C'est quelqu'un que j'ai trouvé serein, bien dans sa peau et épanouie ».

Enfin, il a évoqué avec elle la surexposition de sa vie privée lorsqu'elle était mariée à Nicolas Sarkozy : « C'est un terrain sur lequel je voulais aller parce que je pense que nous avons un problème avec la pipolisation, on a été pris dans une sorte de tourbillon. Je pense que c'était intéressant de voir avec elle les moments où ça avait dérapé. Elle était d'ailleurs autocritique, elle ne mettait pas tout sur le dos des journalistes, elle dit « Moi aussi, il y a des choses où je suis allée trop loin ». Sur sa mise en avant, elle explique très bien que ça a commencé au ministère de l'Intérieur, quand elle a commencé à apparaître tout le temps aux côtés de Nicolas Sarkozy. Là, elle dit clairement qu'elle aurait dû mettre un frein et qu'elle s'est fait emporter dans la machine ».

Pour lire toute l'interview de Cécilia Attias, cliquez ici.

La rédaction-Bourdin & Co