BFMTV

"La Fête à Macron": guerre des chiffres entre la France insoumise et la préfecture

La "fête à Macron" bat son plein samedi, place de l'Opéra à Paris.

La "fête à Macron" bat son plein samedi, place de l'Opéra à Paris. - GERARD JULIEN / AFP

Les Insoumis ont revendiqué quant à eux 160.000 manifestants et la préfecture de police en a compté 40.000.

Guerre des chiffres pour la "Fête à Macron". Le mouvement politique La France insoumise (LFI) a revendiqué la présence de 160.000 manifestants à Paris samedi après-midi pour la manifestation organisée contre la politique de l'exécutif à l'occasion du premier anniversaire de l'élection du chef de l'État. De son côté, la préfecture de police a annoncé 40.000 manifestants. D'après le comptage indépendant réalisé par plusieurs médias dont BFMTV par le cabinet Occurrence, 38.900 personnes ont été dénombrées. Les organisateurs de la manifestation, parmi lesquels le député Insoumis François Ruffin, ont évoqué "plus de 100.000" personnes.

"Plus de 100.000 personnes" pour les organisateurs

"En ce moment à Paris, c'est la Fête à Macron! Et on est 160.000 pour dire Stop Macron", a écrit La France insoumise sur Twitter, alors que le cortège de manifestants s'est ébranlé en début d'après-midi de la place de l'Opéra, en direction de la place de la République, puis de la place de la Bastille.

Les manifestants avaient commencé à affluer peu après midi place de l'Opéra à Paris, et le cortège s'est ébranlé avant 14 heures en direction de la place de la République, puis de la Bastille où doit se tenir un concert vers 20 heures. Des rassemblements ont également lieu dans plusieurs villes de France dont Toulouse, Bordeaux, Lyon, Strasbourg et Rennes.

"Réussite partagée" d'après le préfet de police

"Sachant que la seule place de la Bastille contient 40.000 personnes, combien sont payés pour mentir ceux qui affirment qu'on est moins alors que la place et les boulevards sont pleins", a commenté le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon sur Twitter vers 18 heures.

Pour le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, "ce n'est pas cet afflux immense que l'on annonçait". "C'est une manifestation du même type que celle qui avait eu lieu quelques mois plus tôt, organisée par les mêmes organisations politiques. Les choses n'ont donc pas bougé depuis trois ou quatre mois", a-t-il déclaré à la préfecture de police. Le préfet de police, Michel Delpuech, a estimé en fin de journée que cette manifestation était une "réussite partagée" et a tenu à souligner "l'excellente coordination avec le service d'ordre des organisateurs". 

C.V. avec AFP