BFMTV

La colère monte chez les CRS chargés de surveiller la maison des Macron au Touquet

Emmanuel et Brigitte Macron quittent leur maison au Touquet le 11 juin 2017

Emmanuel et Brigitte Macron quittent leur maison au Touquet le 11 juin 2017 - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Les CRS sont contrariés en raison des nouvelles consignes qui leur sont imposées, les obligeant à se faire plus discrets.

Des ordres qui ne passent pas. Les CRS chargés de surveiller la maison d'Emmanuel Macron au Touquet ont reçu pour consigne jeudi dernier, juste avant la venue du président pour le week-end, de se faire plus discrets, révèle RTL. Traduction: il leur est désormais demandé de patrouiller sans leurs fusils d'assaut, qui devront rester dans leurs voitures.

Plaintes de riverains

Cette nouvelle directive intervient après des plaintes des riverains, qui jugent leur présence "oppressante" selon le média. Les CRS patrouillent autour de la maison du couple présidentiel chaque jour, même lorsque celle-ci est inoccupée.

Des demandes qui entrent en contradiction avec la sécurité des CRS, jugent ces derniers. Leurs armes, des HK G 36, sont celles qui ont été mises à disposition des policiers après les attentats de 2015, pour répondre à la menace terroriste. Ces fusils d'assaut doivent leur permettre de faire face aux tirs de kalachnikovs en cas d'attaque.

Furieux, le syndicat de policiers Alliance dénonce ce qu'il considère comme "un affront" et "une remise en cause [du] professionnalisme" des CRS.

Céline Penicaud