BFMTV

L’UMP a enfin un Président : Nicolas Sarkozy

Hervé Gattegno

Hervé Gattegno - -

Peut-être une sortie de crise en vue à l’UMP : sur intervention de N. Sarkozy, JF. Copé et F. Fillon pourraient se mettre d’accord sur un référendum pour demander aux adhérents de l’UMP s’ils veulent une nouvelle élection.

Eh oui ! Après 8 jours de tergiversations et de coups bas, c’est le fait décisif de cette crise. Rien n’est résolu… sauf l’essentiel. Depuis la défaite à la présidentielle, l’UMP avait un problème de leadership. L’élection interne était censée y remédier – mais c’est peu dire qu’elle n’a rien réglé, puisque quoi qu’il arrive, JF Copé et F Fillon vont sortir en lambeaux de ce psychodrame. Maintenant, l’UMP a retrouvé un chef. Et ce chef, c’est N. Sarkozy. On pourra voter 2, 3, 15 fois ou plus du tout, ça n’y changera plus rien.

Mais alors pourquoi dites-vous que tout le reste n’est pas réglé ? Vous ne croyez pas à un accord Copé-Fillon ?

A part l’autorité de N. Sarkozy, rien n’est assuré. Au passage, on mesure la différence avec A. Juppé : Juppé s’est mis en scène en sauveur, il a fait un flop. Sarkozy, lui, n’a rien dit publiquement mais en quelques heures, il a fait plier les 2 irréductibles – simple comme un coup de fil. Copé a dû accepter un nouveau vote et Fillon accepter qu’on ne refasse pas l’élection. Ça rappelle la formidable trouvaille de F. Mitterrand en 1984, pour mettre fin à la bataille sur l’école privée : le référendum sur le référendum. Le projet de réforme avait été enterré et le vote n’a jamais eu lieu. C’est tout le mal qu’on leur souhaite !

Mais N. Sarkozy exigerait un vote avant le mois de mars. Vous pensez que c’est une instruction qui peut ne pas être suivie ?

Il a obtenu une trêve, pas un armistice. S’il y a un référendum, il faut d’abord réformer l’organisation et le contrôle du vote pour éviter toute contestation – on ne nous refera pas le coup de la Cocoe ! Mais Copé refuse une direction collégiale et Fillon, lui, ne veut pas renoncer à son groupe dissident. Et si les adhérents votent oui, il faudra recommencer tout le processus : une 3è campagne ! La confusion va durer des semaines. Il vaudrait mieux réformer les statuts avant, puisque, on l’a vu, ils sont totalement inadaptés à la démocratie interne. Donc tout reprendre à zéro – ça tombe bien, c’est le niveau où est tombée l’UMP…

A votre avis, cette opération sauvetage de l’UMP, c’est une bonne opération pour N. Sarkozy ?

Ça se discute. C’est évidemment excellent pour son ego – et ça va forcément plaire à l’électorat de la droite, qui en fait toujours son leader favori. Mais c’est aussi beaucoup trop vite par rapport au scénario qu’il envisageait : s’éloigner de l’action politique au moins 2 ans, se faire oublier(ou plutôt regretter) et choisir le moment de son retour. Maintenant, les choses sont claires. S’il veut sauver l’UMP – et s’il veut que ça se sache – ce n’est pas pour mener une carrière de conférencier ! N. Sarkozy s’était mis en réserve. Il en est sorti. La France entière a compris qu’il est le patron de l’UMP. Chef de l’opposition, on verra. Candidat en 2017, n’en doutez plus.

Ecoutez ici le Parti Pris d'Hervé Gattegno de ce mercredi 28 novembre.

Hervé Gattegno