BFMTV

L'association anticorruption Anticor porte plainte contre le bras droit de Macron

Le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler, le 19 octobre 2017 au palais présidentiel.

Le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler, le 19 octobre 2017 au palais présidentiel. - Ludovic Marin - AFP

Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, est visé par une plainte de l'association Anticor pour "prise illégale d'intérêt", "trafic d'influence" et "corruption passive", en raison de ses liens professionnels et familiaux avec le groupe MSC. Le Parquet national financier a ouvert une enquête lundi.

Mise à jour:

Le Parquet national financier a ouvert une enquête lundi sur les liens d'Alexis Kohler avec le groupe MSC. "Le procureur de la République financier a diligenté des investigations afin de vérifier si les règles relatives à la mise en disponibilité des agents publics ont bien été respectées", a indiqué le parquet dans un communiqué. L'enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance économique de la préfecture de police de Paris.

Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, est visé par une plainte pour "prise illégale d'intérêt", "trafic d'influence" et "corruption passive" déposée vendredi au parquet national financier par l'association Anticor, selon des informations de RTL et du Monde.

L'association anticorruption, s'appuyant sur des articles de Médiapart, dénonce les liens familiaux et professionnels étroits qui existent entre le bras droit du président Emmanuel Macron et l'armateur et croisiériste italo-suisse MSC, client important des chantiers navals français de Saint-Nazaire.

Conflit d'intérêt

Alexis Kohler est en effet lié à la famille Aponte, fondatrice et propriétaire du numéro deux mondial du transport de marchandises par bateaux porte-conteneurs. La mère d’Alexis Kohler est la cousine germaine de Rafaela Aponte, qui a cofondé Mediterranean Shipping Company, groupe comptant aujourd'hui près de 70.000 employés, dégageant un chiffre d'affaire dépassant les 20 milliards d'euros. En 2016, Alexis Kohler a en outre travaillé comme directeur financier de MSC à Genève.

Emboîtant le pas de Médiapart, l'association anticorruption Anticor soulève donc les doutes sur la compatibilité entre ces liens et les postes de haut fonctionnaire occupés par Alexis Kohler à Bercy, d'abord à l'Agence des participations de l’Etat, puis dans les cabinets des ministres de l'Économie Pierre Moscovici (de mai 2012 à mars 2014) et Emmanuel Macron (d’août 2014 à août 2016). 

"Cette histoire, c'est un petit peu le Cahuzac d'Emmanuel Macron", avance l'avocat d'Anticor, Jean-Baptiste Soufron. On ne peut pas être au four et au moulin, défendre à la fois l'intérêt de l'Etat et l'intérêt de sa famille. À un moment, il faut choisir."

Déontologie

Dans ses fonctions à l'Agence des participations de l'Etat, Alexis Kohler a notamment été amené à siéger au conseil d'administration des chantiers navals français STX de Saint-Nazaire, dont MSC est le principal client. 

"Alexis Kohler ne pouvait ignorer qu’il existait un conflit d’intérêts à représenter l’Etat français alors même que sa famille était propriétaire de l’un de ses principaux clients", souligne ainsi l'association Anticor.

La loi du 20 avril 2016 relative à la déontologie des fonctionnaires précise:

"Le fonctionnaire veille à faire cesser immédiatement ou à prévenir les situations de conflit d’intérêts dans lesquelles il se trouve ou pourrait se trouver. Au sens de la présente loi, constitue un conflit d’intérêts toute situation d’interférence entre un intérêt public et des intérêts publics ou privés qui est de nature à influencer ou paraître influencer l’exercice indépendant, impartial et objectif de ses fonctions."

Mélange des genres

Lors de son pantouflage en tant que directeur financier de MSC, Alexis Kohler se trouvait en mars 2017 face à ses anciens collègues à Bercy pour négocier sur l'avenir de STX, tout en étant l'un des membres les plus actifs de la campagne du futur président de la République.

"Alexis Kohler a toujours informé sa hiérarchie de ses liens personnels" avec MSC, défend l'Élysée, précisant que "c’est Julien Denormandie qui s’occupait de ces sujets". Après l'ouverture d'une enquête par le Parquet national financier, la présidence a de plus dénoncé "des soupçons totalement infondés".

"Lors des très nombreuses réunions à Bercy qui ont ponctué ces années, je n’ai jamais croisé Alexis Kohler, resté visiblement à l’écart de ce dossier", confirme un ponte de MSC dans Le Monde.

MSC ne semble pas avoir profité de cette situation, puisque les chantiers STX ont été rachetés par le constructeur italien de paquebots Fincantieri. Le Parquet national financier déterminera s'il y a lieu de donner des suites judiciaires au dossier, mais le mélange des genres du chef d'orchestre de l'Elysée, notamment lors de la campagne présidentielle, fait tâche dans le "nouveau monde" macroniste.

Louis Nadau avec AFP