BFMTV

Jean-Vincent Placé en garde à vue à Paris

Jean-Vincent Placé "a traité une femme de sale pute" avant, au cours de son interpellation, d'insulter les policiers de "connards" et de "tocards".

Jean-Vincent Placé, ancien sénateur de l'Essonne, a été placé en garde à vue à Paris dans la nuit de mercredi à jeudi, selon une source policière à BFM Paris. Il est toujours ce jeudi matin dans les locaux du commissariat du 5e arrondissement.

"On n'est pas au Maghreb ici. Je vais te renvoyer en Afrique"

Dans la nuit, les brigade anti-criminalité des 5e et 6e arrondissements de la capitale ont interpellé l'ancien secrétaire d'État chargé de la Réforme de l'État et de la simplification de Manuel Valls, en état d'ébriété avancé. Il a dû être conduit au poste en raison d'injures raciales, outrage à agent et violences en état d'ivresse. 

C'est le portier du bar qui a prévenu la police. Il a dû faire sortir de la salle Jean-Vincent Placé car il "a traité une femme de sale pute". Au cours de son éviction de l'établissement, Jean-Vincent Placé aurait, selon le portier, dit à ce dernier: "On n'est pas au Maghreb ici. Je vais te renvoyer en Afrique moi. Tu vas voir!"

"Fortement alcoolisé et avec un équilibre précaire"

La jeune femme importunée est âgée d'une vingtaine d'années et affirme que l'homme politique l'aurait saisie par le bras pour lui demander de danser contre rémunération. C'est à ce moment-là qu'elle aurait été insultée de "sale pute qui ne mérite que ça". Le portier est intervenu pour sortir Jean-Vincent Placé qu'il décrit "fortement alcoolisé et avec un équilibre précaire". Après contrôle d’alcoolémie, il avait 1,16 mg/L d'air.

Au cours de son interpellation, Jean-Vincent Placé a insulté les policiers de "connards" et de "tocards". Il a été placé en garde à vue à 2h20. Enfin, il affirme avoir été agressé par un individu d'extrême droite et dit avoir reçu un coup au visage après avoir été étranglé. Les policiers n'ont relevé aucune trace sur son visage ou sur sa gorge.

C.H.A. avec Raphaël Maillochon