BFMTV

Intempéries: Castaner évoque des "erreurs" d'urbanisation mais se refuse à "chercher des coupables"

Christophe Castaner a été interrogé, ce dimanche après-midi, lors d'un déplacement dans les Alpes-Maritimes, sur les plans d'urbanisme mis en place dans les départements touchés par de violentes intempéries.

C'est un éternel débat, qui revient à chaque fois que la nature impose sa loi. En déplacement, ce dimanche après-midi, dans les Alpes-Maritimes, fortement touché par un nouvel "épisode méditerranéen" au même titre que le département voisin du Var, le ministre de l'Intérieur s'est vu questionné sur les différents plans d'urbanisation mis en oeuvre dans ces régions, et leurs conséquences dans les inondations subies ce week-end.

Christophe Castaner a abordé ces politiques d'aménagement en assurant que la "nature peut avoir ses forces, ses démons" et qu'elle "doit être respectée, entendue, écoutée".

"Nos politiques d'aménagement doivent prendre cela en compte. Nous le savons dans un département comme les Alpes-Maritimes, où la politique d'urbanisation a amené à une vitrification et une imperméabilisation des sols importantes. Il faut nous adapter et je sais que les élus, toute couleur confondue, ont cette conscience-là", a-t-il affirmé.

"Je pense qu'il faut arrêter (...) de chercher à désigner des responsables"

À la fin de cette déclaration, un journaliste a alors rebondi sur les propos du ministre de l'Intérieur et l'a interrogé sur la sécurité des plans d'urbanisme mis en place dans le passé:

"Monsieur le ministre, vous parlez du fait de s'incliner face à la nature. Est-ce-que cela revient à dire que les précédents plans d'urbanisme, plans de construction, accords de construction, qui n'étaient donc pas sous votre mandat, ont mis en danger des vies, comme ça a pu être le cas dans le Var ou les Alpes-Maritimes?"

Christophe Castaner a répondu, froidement, que la question du journaliste était "idiote" car "elle cherche à chercher des responsables au moment où [il] parle de l'engagement de femmes et d'hommes". Il a poursuivi:

"Je pense qu'il faut arrêter, dans cette communication permanente, de toujours chercher à désigner des responsables. Oui il y a eu des fautes, des fautes d'aménagement. Et nous devons les prendre en compte. Il y a des lois qui sont mises en oeuvre, des outils pour piloter à l'échelle du bassin versant ces politiques-là. Mais cessez de chercher toujours des responsabilités, des coupables", a-t-il ajouté.

Pour le ministre de l'Intérieur, il faut "prendre le temps" de "dire merci" aux personnes qui sont intervenues après les intempéries, "avant de trouver des coupables".

Clément Boutin