BFMTV

"Il y a des règles et elles sont respectées": Véran défend le recours à des cabinets privés pour gérer la crise sanitaire

Le ministre de la Santé Olivier Véran le 9 février 2021 à l'Assemblée nationale à Paris

Le ministre de la Santé Olivier Véran le 9 février 2021 à l'Assemblée nationale à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Olivier Véran a soutenu le rôle du cabinet de conseil américain McKinsey qui met "toutes ses compétences au service de l'Etat".

Le rôle des cabinets privés guidant l'Etat dans la crise sanitaire a occupé mardi les membres de l'Assemblée nationale à la recherche de "transparence". Pierre Dharréville, député "Gauche démocrate et républicaine" des Bouches-du-Rhône, a questionné Olivier Véran sur la fonction du consultant McKinsey & Company qui occupe, selon lui, "un rôle central dans l'élaboration de la stratégie vaccinale".

Passiblement agacé, le ministre de la Santé a rappelé qu'il n'était "pas rare que des ministères, et pas que la Santé, fassent appel à des sociétés privées de conseil". "Oui, on a du talent dans le privé monsieur le député, et dans le public aussi. Mais quand on ne fait pas appel au privé, on nous dit: 'Pourquoi le privé ne le fait pas?'", s'est défendu Olivier Véran, avant d'affirmer:

"Ce que je peux vous dire, c'est qu'il y a des règles et qu'elles sont évidemment respectées, y compris en terme de transparence."

Contrat à 4 millions d'euros

Continuant ses précisions sur le rôle de McKinsey, Olivier Véran a expliqué devant les députés que le cabinet américain ne déterminait "pas du tout" la stratégie vaccinale du gouvernement mais qu'il appelait, par exemple, "les hôpitaux pivots pour voir s'ils ont bien été livrés par le vaccin AstraZeneca (...) Il fait aussi des tableaux de bord pour nous permettre de vous dire ensuite que près de 66% des personnes âgées en Ehpad ont été vaccinées".

"Ils mettent toutes leurs compétences au service de l'Etat et je crois que c'est l'essentiel", a-t-il conclu.

Mais ses affirmations sont remises en cause par le site Politico, qui révélait lundi le poids du contrat conclu avec McKinsey: 4 millions d’euros sur un montant total de 11,2 millions d’euros pour les six contrats signés récemment par le ministère de la Santé avec des cabinets de conseil pour des projets liés au Covid-19.

D'après les documents consultés par nos confrères, pour ce prix-là les prérogatives accordées à McKinsey ne se limitent pas à la tenue d'un tableau de bord mais portent sur "l’accompagnement dans la stratégie cible visant à doter l’ensemble du territoire français des doses de vaccins" et sur "l’appui à la préparation de la vaccination Covid-19".

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV