BFMTV

#HomardMaTuer: la twittosphère ironise sur les dîners fastueux de François de Rugy

L'un des nombreux messages parodiques

L'un des nombreux messages parodiques - Twitter/BFMTV

Les dîners fastueux de François de Rugy, révélés par Mediapart ce mercredi, n'ont pas manqué de faire réagir les utilisateurs de Twitter.

Quelques heures après les révélations de Mediapart de ce mercredi matin, selon lesquelles le ministre de la Transition écologique François de Rugy, alors qu'il occupait le poste de président de l'Assemblée nationale, aurait organisé de fastueux dîners dans un palais de la République et aux frais de celle-ci pour le compte de proches et d'amis, les internautes se sont emparés de l'histoire.

Ainsi, sur Twitter, le hashtag #HomardMaTuer, créé comme un clin d'œil à l'affaire Omar Raddad, comptait en milieu d'après-midi plusieurs centaines de messages. Parfois ironiques, tantôt cyniques, ces publications ont été à de nombreuses reprises partagées et commentées.

C'est le cas de cette illustration du dessinateur d'actualités Allan Barte, qui reprend les codes de l'affaire Raddad en représentant le ministre, victime d'un "coup de homard." Sur un mur, est encore inscrite la phrase "Homard m'a tuer."

De son côté, un second internaute a réalisé un montage vidéo présentant le ministre, grimé d'un déguisement de homard, répétant en boucle la phrase "J'assume", dite ce matin à l'antenne de France Inter.

Plus tôt dans la matinée, un troisième twittos a publié la photographie d'un véhicule, probablement publicitaire, orné d'un homard géant. Sur l'illustration, la légende "On aurait aperçu le couple Rugy en route vers l'Elysée"

Appel à la démission 

De manière générale, "l'affaire du homard" a scandalisé les internautes. Nombre d'entre eux s'étonne d'ailleurs que le ministre soit encore en poste à l'heure actuelle et appellent à la démission de ce dernier .

Lors d'un point presse tenu dans l'après-midi, Rugy a expliqué comprendre que la situation "puisse choquer les Français" avant de se défendre, affirmant qu'il s'agissait de "dîners informels (...) dans le cadre de l'exercice de (ses) fonctions". Une formule qui a fait sourire bon nombre d'observateurs.

Hugo Septier