BFMTV

François de Rugy et son épouse épinglés pour des dîners fastueux aux frais de l'Etat

Dans un article publié ce mercredi, Mediapart révèle les fastueux dîners organisés pour des tablées pléthoriques dans les salons de l'hôtel de Lassay par François de Rugy, lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale, et par son épouse. Le ministre se défend en évoquant des "dîners informels (...) dans le cadre de l'exercice de ses fonctions", tandis que l'enquête décrit plutôt des amis et des proches du couple.

Une dizaine de dîners entre l'automne 2017 et l'été 2018, arrosés de grands vins et de champagne, organisés dans un palais de la République et aux frais de celle-ci pour le compte de proches et d'amis du couple pour l'essentiel. Un article paru ce mercredi matin dans Mediapart révèle que l'actuel ministre de la Transition écologique, François de Rugy, s'est adonné à cette pratique à l'époque où il était président de l'Assemblée nationale. 

Selon le site d'investigations, ces scènes se sont étalées entre octobre 2017 et juin 2018, au château de Lassay, résidence du président de l'Assemblée nationale, et habituellement décrit comme la plus belle demeure officielle des plus hauts personnages de l'Etat. Ces dîners rassemblaient entre dix et trente personnes, la plupart prélevées au sein des amis du couple et invitées là via une invitation éditée sur un luxueux papier.

Des homards et des bonnes bouteilles 

A table, on retrouvait des personnalités issues du monde de la presse (Séverine de Rugy, l'épouse de celui qui était alors président de la chambre basse, travaille au magazine Gala), du cinéma, de la finance. Sur les photos qui ont immortalisé ces soirées, relayées par Mediapart, on pose devant de très belles bouteilles: un Mouton-Rotschild 2004 (500 euros pièce), du Château Cheval-Blanc 2001 (550 euros), ou encore du Château Yquem 1999 (250 euros).

Séverine de Rugy près d'un Mouton-Rotschild.
Séverine de Rugy près d'un Mouton-Rotschild. © Capture d'écran d'une photo relayée par Mediapart.

Ces prestigieuses liqueurs provenaient des caves de l'Assemblée nationale. Pour les en tirer, il faut en principe une autorisation expresse. Le cabinet du ministre a assuré à la presse que le service restauration de la présidence de l'Assemblée nationale avait opéré lui-même la sélection et non l'homme politique. 

Et on mangeait aussi bien qu'on buvait. Sur d'autres clichés, des homards apparaissent lors d'un dîner auquel participaient notamment des membres de la famille des intéressés. Au moment de justifier auprès de Mediapart ces tablées pléthoriques et richement dotées, François de Rugy a décrit des "dîners informels liés à l’exercice de ses fonctions avec des personnalités issues de la société civile". 

Des homards près d'un Château Yquem.
Des homards près d'un Château Yquem. © capture d'écran d'une photo fournie par Mediapart.

Par ailleurs, il semble, qu'outre les moyens et les locaux de la République, une partie de son personnel ait été sollicitée pour la tenue de ces soupers, dont des occasions absolument privées: comme la Saint-Valentin 2018, événement là aussi gravé sur pellicule avec un François de Rugy souriant. Celui-ci a affirmé que la table avait été décorée spontanément par le service de restauration. 

François de Rugy, Saint-Valentin 2018.
François de Rugy, Saint-Valentin 2018. © Capture d'écran d'une photo fournie par Mediapart.
Robin Verner