BFMTV

«Hollande un an après, quels changements ?»: Création de 60 000 postes d’enseignants

Propositions 38 du candidat Hollande : créer 60 postes d'enseignants

Propositions 38 du candidat Hollande : créer 60 postes d'enseignants - -

Nous poursuivons notre semaine consacrée promesses de campagnes de François Hollande un an après son élection. Ce jeudi RMC revient sur la proposition 38 du candidat : la création de 60 000 postes d’enseignants supplémentaires.

Que sont-elles devenues les promesses de François Hollande, candidat à l’élection présidentielle ? Parmi les dizaines de propositions, RMC a choisi de mettre en avant une d’entre elle chaque jour de la semaine. Ce jeudi, c’est au tour des 60 000 postes dans l’Education promis par François Hollande de passer sous le scanner de RMC. Au Bourget, il y a donc un peu plus d’un an maintenant, François Hollande haranguait la foule en affirmant haut et fort : « J’ai proposé de créer 60 000 postes supplémentaires dans l’éducation. La priorité ira aux écoles maternelles et primaires car c’est là que tout se joue et que les premiers retards se précisent. Je veux faire de l’éducation une grande cause nationale ». Mais qu’en est-il réellement aujourd’hui ? Où en est-on de ces créations de postes ? Quels postes ont été créés exactement ? Comment ça se passe sur le terrain ?

« 1000 postes déjà votés »

Parmi les priorités du gouvernement, le premier degré (maternelle et primaire) figurent en bonne place. C’est dans ce secteur que 2 tiers des 60 000 postes doivent être créés en 5 ans. Les 1000 premiers ont d’ailleurs été votés lors d’un collectif budgétaire au mois de juillet dernier. Ils ont été affectés en grande partie à un plan d’urgence pour la rentrée 2012. Le reste des postes restants se répartissent de la manière suivante : la plus grande partie, 27 000 postes, est consacrée à la formation des maîtres. C’est-à-dire qu’en 5 ans, 26 000 professeurs-stagiaires rémunérés vont être recrutés, ainsi qu’un millier de formateur. A côté, 21 000 postes de professeurs supplémentaires seront créés dans le premier et le second degré pour remplir notamment des missions comme la lutte contre le décrochage ou l’accueil des enfants de moins de 3 ans. Enfin, 12 000 postes, se partagent entre les personnels éducatifs et l’enseignement supérieur et agricole.

« Les jeunes étudiants ne veulent pas faire profs »

Parmi ces 60 000 créations, 14 000 en 5 ans sont destinés à des postes professeurs en collège ou lycée. Mais pour l’heure, le dispositif a du mal à démarrer: en effet, l’éducation nationale se heurte à un problème imprévu… Celui du recrutement, comme l’explique Laurent Tramoni, délégué départemental du syndicat enseignant, SNES, dans les Bouches-du-Rhône. « La difficulté que nous rencontrons c’est de mettre des gens sur ces postes. C’est-à-dire de recruter de jeunes étudiants qui seraient prêts à devenir enseignants. Or aujourd’hui, dans les collèges et les lycées, il y a une crise du recrutement : les jeunes étudiants ne veulent pas faire prof, c’est trop mal payé et pas assez reconnu dans la société. Par exemple, cette année le ministère de l’Education National essaye de recruter quatre fois plus de jeunes profs que l’an dernier. Or l’an dernier nous avons déjà eu du mal à recruter les 10 000 postes mis au concours tout simplement car nous n’avions pas assez d’étudiants disponibles pour passer les concours ».

Tugdual de Dieuleveult avec L. Dian