BFMTV

Hollande : «L'Allemagne et la France doivent travailler ensemble»

François Hollande et Angela Merkel, en janvier dernier.

François Hollande et Angela Merkel, en janvier dernier. - -

Quelles que soient « les sensibilités », l'Allemagne et la France doivent « travailler ensemble », a déclaré ce mercredi le président François Hollande, lors d'une conférence de presse commune avec le nouveau président du Conseil italien Enrico Letta, à l'Elysée.

Quelques jours après la bourde du PS contre Merkel, François Hollande a estimé mercredi que l'Allemagne et la France devaient « travailler ensemble, quelles que soient les conjonctures, les personnalités qui les dirigent et quelles que soient les sensibilités ». « Avec Mme Merkel, nous avons toujours fait prévaloir ce point de vue », a ajouté le président français, lors d'une conférence de presse commune avec le nouveau président du Conseil italien Enrico Letta, à l'Elysée.
Evoquant le projet de texte du Parti socialiste qui mettait en cause Mme Merkel en la qualifiant de « chancelière de l'austérité », François Hollande a affirmé : « Le seul qui compte à mes yeux c'est (le texte) qui vient d'être adopté par ce Parti mais il ne vous a pas échappé que je ne suis pas le premier secrétaire du Parti socialiste », a souligné l'ancien leader du PS. « Le texte qui pour moi est le seul qui doit être lu par nos partenaires », c'est celui « qui n'a pas besoin, pour faire prévaloir un point de vue, de mettre en cause un leader en Europe ou un pays en particulier, surtout l'Allemagne », a-t-il insisté.

« La trajectoire budgétaire doit être adaptée à la réalité de la croissance »

François Hollande a par ailleurs défendu l'effort de redressement économique engagé par la France, notamment pour combler les écarts de compétitivité par rapport à l'Allemagne, mais souligné aussi que « la trajectoire budgétaire doit être adaptée à la réalité de la croissance ». « Ce qui est en cause c'est non seulement l'idée européenne mais la stabilité politique dans nos pays respectifs », a fait remarquer le président français. « Quant à la trajectoire budgétaire, elle doit être adaptée à ce qu'est la réalité de la croissance, et pour mieux montrer que nous ne cédons en rien par rapport à nos obligations, nous nous maitrisons la dépense publique », a-t-il ajouté.

J.V. avec AFP