BFMTV

Guillaume Larrivé appelle de ses vœux une VIème République

Guillaume Larrivé

Guillaume Larrivé - Capture BFMTV

Le porte-parole des Républicains s'inquiète de "l'illusion de la toute-puissance" du président de la République, propre selon lui aux institutions actuelles.

C'est la mode chez Les Républicains: Guillaume Larrivé appelle ce vendredi sur RMC et BFMTV à une "refondation" de la démocratie française. Le député de l'Yonne nourrit une critique des institutions actuelle, et "appelle la droite française à préparer les conditions d'une VIème République".

Qu'on se rassure, Guillaume Larrivé n'est pas devenu mélenchoniste. "Au-delà du numéro, il faut parler du contenu", précise-t-il. "Jean-Luc Mélenchon, c’est le modèle de la dictature vénézuélienne, donc ce n’est pas vraiment mon genre de beauté." Le porte-parole des Républicains partage cependant avec le leader de la France insoumise le même constat sur la Constitution:

"On arrive au bout d’un cycle institutionnel. La Vème République, depuis 20 ans et notamment depuis l’instauration du quinquennat, s’affaiblit et se fragilise sous l’effet d’une illusion: la toute-puissance du président de la République."

Vers un régime parlementaire ?

À rebours de la critique du "régime des partis" fondatrice des institutions de la Vème République, l'élu de l'Yonne "plaide plutôt pour un système où on ait d’abord l’élection des députés à l’Assemblée nationale, sur le terrain, sur leurs noms, sur des idées, et où on fasse le choix d’une sorte de primus inter pares".

Selon le sarkozyste, "la présidence de d'Emmanuel Macron amplifie et accélère tous les inconvénients du système présidentialiste français". "Je ne crois pas qu’on doive élire tous les cinq ans le sauveur, ayant toutes les solutions à tous les problèmes", continue Guillaume Larrivé, enterrant une partie de l'héritage gaulliste attaché à "la rencontre d'un homme et d'un peuple".

De "l'immense attente" à "l'immense déception"

Au-delà des critiques attachées à Emmanuel Macron lui-même, "élu par défaut, sur une base assez réduite", Guillaume Larrivé estime que la dégringolade de la cote de popularité du président de la République est un effet mécanique:

"L’élection illusoire du sauveur créé une immense attente, et une immense déception. Il y a une illusion Macron qui est en train de se dissiper"

D'après l'élu de l'Yonne, le locataire de l'Élysée est coupable d'entretenir cette illusion en "sculptant sa statue", et souhaite encore renforcer l'emprise de l'exécutif sur les institutions. "Avec le spoil system (pratique en vigueur aux États-Unis, consistant à remplacer les hauts fonctionnaires par des personnes du même bord politique que le nouveau président élu, NDLR.), Emmanuel Macron veut des vassaux, des personnes qui lui doivent tout à tous les postes", s'inquiète-t-il. Une pratique étrangère à la droite, bien sûr.

Louis Nadau