BFMTV

Violences la nuit d'Halloween: Julien Denormandie dénonce "des comportements insupportables"

Invité ce jeudi matin sur BFMTV et RMC dans Bourdin Direct, le ministre de la Ville et du Logement a dénoncé des "images insoutenables" et des "comportements insupportables", au lendemain de plusieurs cas de violences constatés notamment à Lyon et en région parisienne.

Le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a vivement réagi ce jeudi matin sur notre antenne aux violences commises en Ile-de-France et dans plusieurs grandes villes dans la nuit d'Halloween. Sept personnes ont notamment été interpellées pour des bousculades, jets de projectiles et incendies dans le centre-ville de Lyon, tandis qu'une vingtaine d'individus ont dégradé un centre commercial à Montgeron, dans l'Essonne, et jeté deux bouteilles d'acide sur les policiers.

"Le drame, c'est cette sorte d'habitude dans laquelle on est tombés, cette sorte de fatalité qui consisterait à dire dans certains de nos territoires, il y a cette violence du quotidien", a regretté Julien Denormandie sur notre antenne. Le ministre décrit "des images insoutenables, des comportements insupportables" et affirme que "la première des libertés, c'est la sécurité".

10.000 effectifs de plus d'ici fin 2020

Deux cents fonctionnaires de police supplémentaires avaient notamment été déployés dans le Val-d'Oise mercredi soir, après un "appel à la purge" contre les policiers lancé sur les réseaux sociaux - l'initiateur, un jeune Isérois de 19 ans, évoque pour sa part "une énorme blague".

"Ceux qui pâtissent de ces insécurités, ce sont les personnes qui vivent dans ces quartiers", a regretté Julien Denormandie sur le plateau de Bourdin Direct. Le ministre chargé de la Ville et du Logement souhaite une "réponse structurelle", citant l'"augmentation du budget du ministère de l'Intérieur et des effectifs de police" et un "accompagnement".

"On va mettre 10.000 de fonctionnaires de police et de gendarmerie de plus d'ici fin 2020. On va dans les quartiers les plus difficiles mettre 1300 personnes de plus", a notamment annoncé Julien Denormandie. 

Le ministre assure ne pas souhaiter qu'une simple réponse sécuritaire. "Il faut réinvestir massivement pour redonner un espoir à ces jeunes. Donner de l'espoir, c'est quoi? C'est investir dans l'éducation, c'est ce qu'on fait, c'est donner un destin digne de ce nom à toutes celles et ceux qui vivent dans ces quartiers", a-t-il souhaité, assurant qu'il n'y avait "pas de fatalité dans tout ça".

L.A.