BFMTV

Valls aux Antilles contre la délinquance

Après un déplacemeent à Forbach, Manuel Valls veut montrer qu'il est à l'initiative sur les questions de sécurité.

Après un déplacemeent à Forbach, Manuel Valls veut montrer qu'il est à l'initiative sur les questions de sécurité. - -

Le ministre de l'Intérieur est attendu mercredi en Martinique puis jeudi en Guadeloupe, deux départements d'outre-mer gangrenés par la délinquance.

Comment assurer les ultra-marins en proie aux violences que les lois de la République s'appliqueront aussi outre-Atlantique? Comment entretenir son image d'homme fort dans un gouvernement fragilisé à moins de six mois des municipales? Manuel Valls espère sans doute apporter la réponse à ces questions sur la route des Antilles, une semaine après son déplacement à Forbach, en Moselle.

"Visites de terrain" pour "apporter des réponses"

Le ministre de l'Intérieur se rend mercredi en Martinique puis jeudi en Guadeloupe, deux départements d'outre-mer (DOM) confrontés à une véritable explosion de la délinquance. En Guadeloupe, notamment, 38 personnes ont été assassinées depuis le début de l'année, un record en France. Manuel Valls devrait conclure sa tournée vendredi soir sur la petite île de Saint-Martin.

Le patron de Beauvau devrait mettre à profit cette semaine antillaise pour multiplier les "visites de terrain" et "apporter des réponses", assure son entourage, aux violences qui gangrènent la vie insulaire. Manuel Valls doit rencontrer élus, habitants et commerçants. Il se rendra dans des zones de sécurité prioritaires (ZSP) qu'il a créées, et dans une classe de bac professionnel sécurité. Le ministre le plus populaire du gouvernement "veut comprendre avant tout ce qui s'y passe afin que les choses s'améliorent". Sur place, il devrait "tracer les lignes d'un programme" sans "céder aux effets d'annonce".

Une délinquance galopante

"Anticipant", selon des sources internes, la venue du "premier flic de France", l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) a publié la semaine dernière des chiffres officiels pour les départements d'outre-mer, pointant une hausse parfois vertigineuse de la délinquance dans les Antilles.

Ainsi, en Guadeloupe, les violences contre les personnes ont bondi de +20,1%, alors qu'elles baissent ou stagnent en métropole. Les cambriolages de locaux industriels et commerciaux ont augmenté de 31,5%, et les vols à main armée contre ceux-ci de 63%. En Martinique, les cambriolages diminuent de 15,1%, mais les vols avec violences explosent, à +59,2%.

Mais l'ONRDP appelle à relativiser ces chiffres en insistant sur la donne spécifique de l'outre-mer. La situation aux Antilles "ne peut être comparée" avec celle de Marseille "par exemple", estime l'entourage du ministre de l'Intérieur: "Nous n'avons pas affaire à des règlements de comptes issus des trafics de drogue, il y a des violences familiales, des homicides liés à l'alcool et à la paupérisation". Mais "la sécurité doit être égale pour tout le monde et partout".

Le ministère assure que sa visite s'inscrit "dans le fil" de celle du chef du gouvernement Jean-Marc Ayrault en juin dernier, qui avait pour cadre l'insécurité et le chômage touchant plus de 20% de la population.

A.L.M. avec AFP