BFMTV

Un référendum le jour des européennes? "Rien n'est exclu"

Emmanuelle Wargon - Image d’illustration

Emmanuelle Wargon - Image d’illustration - Ludovic Marin - AFP

Sur Europe 1, la secrétaire d'État à la Transition écologique a expliqué qu'Emmanuel Macron voulait "se donner du temps avant de décider". Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, demeure totalement opposé à l'idée.

Un temps écartée, l'hypothèse de devoir exprimer deux suffrages distincts le 26 mai retrouve des couleurs. Ce vendredi matin sur Europe 1, la secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, a réaffirmé qu'un référendum pourrait avoir lieu le même jour que les élections européennes. "Toutes les idées sont bien sur la table", a-t-elle déclaré. 

"Je confirme qu'on ne préempte aucune décision maintenant", a-t-elle entamé, évoquant le "dîner secret", organisé à l'Élysée et révélé par Le Figaro, au cours duquel l'option a refait surface.

"Le président veut se donner du temps avant de décider, (...) rien n'est exclu", a ajouté la ministre.

Ferrand totalement opposé

Au sein de la macronie, cette trouvaille institutionnelle inédite compte quelques détracteurs. À commencer par le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, qui d'après des confidences recueillies par RTL demeure vent debout contre la provocation d'un référendum le 26 mai.

Début février, un pilier du groupe La République en marche confiait à BFMTV.com que Richard Ferrand, au cours d'un long entretien téléphonique avec Emmanuel Macron, lui avait expliqué que cette option n'était "pas viable". 

Jules Pecnard