BFMTV

Taubira: le FN est "opposé à la République"

La garde des Sceaux prévoit des résultats aux départementales "qui donnent la mesure de la colère".

La garde des Sceaux prévoit des résultats aux départementales "qui donnent la mesure de la colère". - Jewel Samad - AFP

Après Manuel Valls, c'est au tour de la garde des Sceaux de s'attaquer au Front National. Dans un long texte publié ce week-end sur Facebook, elle ne cite jamais explicitement le parti, mais dénonce ceux qui "grapillent les avantages du système".

Dans un long texte publié sur Facebook dimanche, Christiane Taubira s'attaque au Front National. Elle dénonce ainsi un mouvement qui n’a "que faire de la patrie", "prompt à s’emparer de la Nation pour la dévoyer et la souiller en alibi du rejet de l’autre", à une semaine d’élections départementales qui s’annoncent désastreuses pour le PS.

La garde des Sceaux fait référence aux candidats qui ont publié des propos racistes sur les réseaux sociaux quand elle juge :

"ceux qui dérapent ne dérapent pas, ils avouent". 

Les départementales "donnent la mesure du désarroi"

Elle évoque également le soupçon de fraude qui plane sur certains assistants parlementaires des élus européens FN en parlant de ceux "qui séduisent en dérobant le vocabulaire de la Révolution, mais maraudent pour grapiller les avantages du système".

Exercice de style: la ministre n’écrit pas une seule fois le nom du Front National ou de ses dirigeants. Déjà, lors d’une interview, elle avait préféré ignorer la présidente du parti en demandant : "Marine Le Pen, c’est qui ça?". Aujourd'hui, elle prédit pourtant une "arithmétique électorale" qui "donne la mesure du désarroi et de la colère" lors des élections départementales.

Manuel Valls, comme Najat Vallaud-Belkacem, se sont également attaqué au Front National la semaine dernière.

J.S