BFMTV

Syrie: "L'usage de l'arme chimique est une ligne rouge pour la France", rappelle Le Drian

Le ministre des Affaires étrangères affirme que la France est prête à frapper à nouveau la Syrie en cas d'usage avéré de l'arme chimique.

Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, avertit mardi sur BFMTV: l'assaut sur Idleb, refuge de milliers de jihadistes en Syrie, pourrait s'avérer être "un désastre humanitaire et sécuritaire". "L'attaque par le régime syrien est extrêmement dangereuse et au Conseil de sécurité de ce soir, la France et d'autres Etats vont dire qu'il faut une solution politique", poursuit le ministre.

Et de justifier: "Il y a un risque sécuritaire dans la mesure où dans cette zone se trouvent beaucoup de jihadistes, se réclamant plutôt d'Al-Qaïda, qui sont entre 10.000 et 15.000 et qui sont des risques pour demain pour notre sécurité". "(Ils) risquent de se trouver dispersés si l'offensive syrienne et russe se mettait en oeuvre dans les conditions que l'on imagine aujourd'hui", révèle le chef de la diplomatie française.

Il rappelle par ailleurs que "l'usage des armes chimiques est une ligne rouge pour la France": "il y a une préparation psychologique de la part d'un certain nombre d'intervenants russes concernant l'utilisation d'une arme chimique, qu'ils mettent sur le compte de terroristes. Si c'est avéré, il y a aura les mêmes conséquences qu'en avril dernier", avertit Jean-Yves Le Drian. A l'époque, la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni avaient décidé de frapper ensemble des cibles du régime syrien.