BFMTV

Sivens: la réalisation du projet initial n'est "plus d'actualité" dit Royal

La ministre de l’Écologie Ségolène Royal a assuré vendredi 16 janvier que le projet initial du barrage de Sivens "n'était plus d’actualité "

La ministre de l’Écologie Ségolène Royal a assuré vendredi 16 janvier que le projet initial du barrage de Sivens "n'était plus d’actualité " - Alain Jocard - AFP

La ministre de l'Ecologie a annoncé avoir validé de "nouvelles solutions" pour le projet de barrage à Sivens.  Les propositions "sécurisent les besoins en eau découlant du projet de territoire" et "répondent à l'objectif" d'un bon état des eaux.

La réalisation du projet initial de barrage à Sivens (Tarn) n'est "plus d'actualité", a affirmé la ministre de l'Écologie Ségolène Royal, précisant qu'elle "valide" les "nouvelles solutions proposées" dans un rapport d'experts qui lui a été remis vendredi.

Un réservoir de taille plus réduite

La ministre précise dans un communiqué avoir "validé" deux scénarios: un premier envisage "la réalisation d'un réservoir de taille plus réduite sur le site de Sivens" et le second inclut plusieurs retenues combinées, notamment en amont du site.

Ces propositions feront l'objet d'un débat lors de la prochaine session de l'assemblée départementale du Tarn, précise la ministre.

Les besoins en eau préservés

Ces nouvelles propositions "sécurisent les besoins en eau découlant du projet de territoire" et "répondent à l'objectif" d'un bon état des eaux, estime Ségolène Royal, précisant que le rapport "établit à 750.000 m3 les besoins de stockage" d'eau.

Le rapport propose "un projet de territoire reposant sur des productions à forte valeur ajoutée et génératrices d'emploi local, et sur le renforcement des circuits de proximité", souligne-t-elle. Il "permet de maintenir des exploitations de taille familiale", ajoute-t-elle.

Contesté depuis plusieurs années par des associations locales, qui critiquaient vivement son coût et son impact sur l'environnement, le projet de barrage de Sivens visait à créer une retenue d'eau d'1,5 million de m3 pour l'irrigation de terres agricoles.

M.G. avec AFP