BFMTV

Régionales: Le Drian restera ministre de la Défense "le temps de la campagne"

Le ministre de la Défense sera tête de liste aux élections régionales en Bretagne. Mais rien n'est décidé sur son maintien ou non au gouvernement.

Jean-Yves Le Drian quittera-t-il son poste au gouvernement s'il est élu à la tête de la région Bretagne? Ce proche de François Hollande, qui sera tête de liste des socialistes aux élections de décembre, restera ministre de la Défense "le temps de la campagne", selon son entourage.

Mais selon la même source, rien n'est décidé sur le maintien ou non du ministre à son poste en cas de victoire aux élections. "Personne ne sait à quoi ressemblera la France politique au lendemain du second tour (...) quel sera le score du Front national, quelles régions clés seront restées à gauche", a-t-elle souligné. "Qui peut dire l'état d'esprit du président de la République et du Premier ministre le 14 décembre au matin? Qui peut dire exactement quel sera l'état du monde, le contexte géoopolitique? Tous ces éléments vont devoir être pris en compte", a-t-elle estimé.

Les rivaux de Le Drian le poussent à choisir

"L'hypothèse de son départ est tout à fait réaliste, mais aussi celle de son maintien", a ajouté l'entourage de Jean-Yves Le Drian, en avançant que la question sera tranchée au regard tant du contexte politique intérieur que de la situation internationale.

Les adversaires du ministre, eux, le poussent à choisir. Marc Le Fur, tête de liste des Républicains en Bretagne, estime sur BFMTV que "le choix qu'il fera sera légitime mais à la condition qu'il y ait un vrai choix: soit la Défense, soit la Bretagne, mais pas les deux! Le temps où l'on pouvait tout faire est terminé. Le pays est en guerre, la Bretagne est en crise: cela implique que le ministre de la Défense soit à plein temps à sa tâche, et que le président de région aussi".

Mais le camp du ministre espère secrètement qu'en cas de nouvelle victoire socialiste dans la région en décembre, le chef de l'Etat et le Premier ministre lui accorderont une exception qui lui permettrait de cumuler la présidence du Conseil régionale et le portefeuille de la Défense. 

Ariane Kujawski avec AFP