BFMTV

Racisme, agression d'un maire: Ayrault appelle au "sursaut républicain"

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée lors des questions au gouvernement

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault à l'Assemblée lors des questions au gouvernement - -

Lors des traditionnelles questions à l'Assemblée, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a promis des poursuites pour les atteintes aux biens publics et à la République.

Les propos racistes à l'encontre de Christiane Taubira ou encore l'agression de Bernard Reynès, le maire UMP de Châteaurenard poignardé lundi lors des commémorations du 11-Novembre... Ces deux affaires mettant directement en cause des personnalités politiques appellent une seule et même réponse ou presque selon Jean-Marc Ayrault: la réaffirmation des valeurs de la République sur ces agressions, qu'elles soient verbales ou physiques.

"Il est temps qu'un sursaut intervienne"

Interpellé mardi à l'Assemblée au sujet de l'agression de Bernard Reynès par Jean-François Copé, Jean-Marc Ayrault a annoncé que les atteintes aux biens publics et à la République seraient poursuivies.

"Il est temps qu'un sursaut intervienne pour dire que la France est une République, avec ses valeurs. Elle ne laissera rien passer", a défendu le Premier ministre. "La circulaire de politique pénale préparée par la garde des Sceaux va partir dans quelques heures, elle s'appliquera partout, dans toutes les régions et pour tous les faits qui portent atteinte aux droits de la République", a déclaré Jean-Marc Ayrault, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Ayrault dénonce le racisme ambiant

Un peu plus tôt, Jean-Marc Ayrault avait dénoncé le racisme ambiant et les attaques contre sa ministre de la Justice, Christiane Taubira. "Ce n'est la France, ce n'est pas la République et c'est contre ça qu'il faut lutter. Cela commence par la formation des fonctionnaires, cela commence par l'école. Cela passe aussi par la lutte contre tous les propos racistes sur Internet", a soutenu le Premier ministre.

"C'est un sursaut républicain que nous devons appeler, a-t-il poursuivi. Je me réjouis des manifestation à Angers et à Nantes en soutien à Christiane Taubira. (...) Messieurs les députés, je vous demande de dire non, partout, au racisme!"