BFMTV

Pour Manuel Valls, Bachar al-Assad est "un boucher"

-

- - -

Manuel Valls a condamné jeudi sur BFMTV et RMC "avec la plus grande vigueur" l'initiative de parlementaires français qui ont rencontré le président syrien Bachar al-Assad, en qui il voit "un boucher".

Les parlementaires qui sont partis en Syrie rencontrer Bachar al-Assad, ont commis "une faute", "une faute morale", a expliqué Manuel Valls, jeudi matin sur BFMTV et RMC.

Gérard Bapt, président du groupe amitié France-Syrie à l'Assemblée nationale, s'est rendu cette semaine à Damas avec le député UMP Jacques Myard, le sénateur UMP et président du groupe d'amitié France-Syrie au Sénat Jean-Pierre Vial, et le sénateur UDI François Zocchetto.

"Une faute morale" pour Valls

"Les parlementaires peuvent se déplacer, mais je veux condamner avec la plus grande vigueur cette initiative", a insisté Manuel Valls. "Que des parlementaires aient ainsi, sans crier gare, rencontré un boucher", "je crois que c'est une faute morale", a-t-il encore insisté. "Ils ne sont pas allés rencontrer n'importe qui. Ils sont allés rencontrer Bachar al-Assad, responsable de plusieurs dizaines de milliers de morts".

Face aux critiques du Quai d'Orsay qui a pris dès mercredi ses distances avec cette initiative, l'un des élus, le député UMP des Yvelines Jacques Myard, a estimé qu'il n'était pas possible de combattre l'Etat islamique (EI), qui s'est emparé de vastes pans de territoire en Syrie et en Irak cet été, sans la Syrie.

"Pour trouver une solution pour lutter contre Daesh (acronyme arabe de l'EI), qui est une métastase pour le Proche Orient, le Moyen-Orient, voire la France et l'Europe, il faut jouer avec les forces en place qui ont encore le sens des responsabilités, même si nous ne sommes pas d'accord avec le gouvernement syrien", s'est-il justifié sur la chaîne Public Sénat.

https://twitter.com/helenefavier Hélène Favier Rédactrice en chef adjointe BFMTV