BFMTV

Policiers attaqués: "Il n'y a pas de zones de non-droit", prévient Valls

Le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur se sont rendus dans des commissariats de l'Essonne, pour témoigner leur solidarité aux policiers après l'attaque de samedi, à Viry-Châtillon.

Manuel Valls et le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, ont entamé lundi matin à Savigny-sur-Orge une tournée de commissariats de l'Essonne, au lendemain de l'attaque avec des cocktails Molotov de policiers à Viry-Châtillon.

Le Premier ministre et Bernard Cazeneuve doivent ensuite se rendre auprès des policiers d'Athis-Mons, Juvisy et Evry pour apporter leur soutien, au lendemain de cette attaque qui a blessé quatre agents, dont deux grièvement.

"Nous sommes là pour vous dire notre détermination à combattre le crime, cette violence à l'état sauvage. Ces individus ont voulu tuer vos collègues, je vous l'atteste", a dénoncé le chef du gouvernement. "Je veux vous dire notre détermination à combattre ce crime, ces individus qui agissent depuis longtemps malheureusement dans ces quartiers et dans ces villes", a ajouté Manuel Valls. "Ces individus seront retrouvés, traduits devant la justice et très sévèrement punis parce que quand on s'attaque à des policiers (...) on s'attaque tout simplement à la France", a-il-lancé, assurant qu'"il n'y a pas de zones de non-droit". "Nous continuerons à renforcer les moyens, à mettre plus d'hommes et de femmes sur le terrain, c'est notre politique même si ça met du temps, même si c'est difficile", a promis l'ancien ministre de l'Intérieur.

Le plus gravement blessé venait de Savigny-sur-Orge

Le policier le plus gravement touché, dont le pronostic vital est "engagé", appartient au commissariat de Savigny-sur-Orge. Une policière, elle aussi sérieusement blessée, vient elle de celui d'Athis-Mons, les deux derniers étant eux, basés à Juvisy. Valls et Cazeneuve s'entretenaient en milieu de matinée à huis clos avec des policiers du commissariat de Savigny-sur-Orge. 

Les policiers effectuaient une mission de surveillance à proximité d'un feu rouge de la cité difficile de la Grande Borne, à cheval sur les communes de Viry-Châtillon et Grigny, un secteur connu pour ses vols avec violences sur des automobilistes, lorsqu'ils ont été la cible d'une "dizaine" de personnes "cagoulées" selon le ministre.

Ces policiers ont été "confrontés à une bande de sauvageons qui ont agi avec lâcheté", et qui seront "rattrapés", a déclaré sur RTL le ministre de l'Intérieur.

David Namias avec AFP