BFMTV

Marlène Schiappa défend Yann Moix sur ses propos sur les femmes de 50 ans

Marlène Schiappa en conférence de presse le 6 mars 2019.

Marlène Schiappa en conférence de presse le 6 mars 2019. - LUDOVIC MARIN / AFP

La secrétaire d'État a défendu Yann Moix, qui avait été vivement critiqué en janvier dernier pour avoir dit qu'il serait "incapable d'aimer une femme de plus de 50 ans". Pour Marlène Schiappa, "Yann Moix a le droit d’être attiré sexuellement par qui il a envie".

La secrétaire d'État à l'égalité femmes-hommes a pris la défense de Yann Moix, l'écrivain qui en janvier dernier, s'était dit incapable d'être attiré par les femmes de plus de 50 ans. Des propos qui avaient alors été ardemment critiqués. 

Invitée de l'émission Paris Première ce mercredi en compagnie de l'écrivain, Marlène Schiappa a déclaré que "ce n'(était) pas la faute de Yann Moix" si les femmes de plus de 50 ans étaient discriminées dans la société. 

"C'est un phénomène de société"

"Depuis quand est-ce qu’on doit rendre compte des gens qui nous attirent ou qui ne nous attirent pas sexuellement?", s'est interrogée la secrétaire d'État. "Ou des gens dont on tombe amoureux ou dont on ne tombe pas amoureux? Je suis désolée mais Yann Moix a le droit d’être attiré sexuellement par qui il a envie", a-t-elle fermement défendu.

"Ce n’est pas Yann Moix qui décide que les femmes de plus cinquante ans sont moins promues, moins embauchées dans la société, qu’elles sont discriminées, qu’elles sont moins visibles", a vitupéré la ministre. 
"Citez-moi une comédie romantique où l’héroïne est une femme de plus de cinquante ans. Elles se comptent sur les doigts d’une main. Donc c’est un phénomène de société et ce n’est pas la faute de Yann Moix", a défendu Marlène Schiappa.

"Moi je n'ai rien à dire à Yann Moix"

La secrétaire d'État, particulièrement sensible aux questions d'égalité entre les sexes, s'est justifiée en revenant sur le contexte dans lequel Yann Moix avait tenu ces propos. Pour elle, dans le magazine Marie-Claire, Yann Moix ne fait que répondre "à une interview (...) où il parle de ses névroses personnelles et de ce qui l’amène à préférer tel ou tel type de femmes".

"La journaliste lui pose une question lui disant: “Ah mais alors vous aimez tel type de femmes?”. Il répond", relate Marlène Schiappa. "Elle le pousse à aller plus loin, en disant: “Mais par exemple, si la femme elle avait plus de cinquante ans, est-ce que vous pourriez l’aimer?”. Il répond: “Non moi j’aime bien avoir une différence d’âge pour les raisons que je vous ai expliqué...”". "Et voilà que le propos devient: “Yann Moix dit que les femmes de plus de cinquante ans sont indésirables”, donc il faut taper sur Yann Moix", déplore-t-elle. "Et moi on m’interroge en me disant: 'Vous, qui êtes ministre qui défendait les femmes, qu’est-ce que vous avez à dire à Yann Moix?” Moi je n’ai rien à dire à Yann Moix'", conclut-elle.

Jeanne Bulant avec AFP