BFMTV

Propos polémiques: Yann Moix ne veut pas "taire sa subjectivité pour plaire au plus grand nombre"

L'écrivain est revenu ce dimanche sur ses propos controversés. La semaine dernière, il avait déclaré à un magazine féminin être "incapable d'aimer les femmes de plus de 50 ans".

Yann Moix, invité d'Apolline de Malherbes ce dimanche soir sur BFMTV, a de nouveau défendu ses propos polémiques sur les femmes de 50 ans. Dans une interview accordée à Marie Claire la semaine dernière, l'écrivain et réalisateur s'était déclaré "incapable d'aimer une femme de 50 ans".

"J'exprime une préférence d'une intimité absolue, d'une subjectivité totale. Point" a réitéré Yann Moix ce dimanche soir. "Je suis qui je suis et je n'ai pas à m'en excuser. Je ne vais pas taire ma subjectivité pour plaire au plus grand nombre" a-t-il répété sur notre antenne.

L'"une de mes malédictions psychanalytiques"

"Les écrivains, les individus n'ont pas à s'exprimer au nom d'une masse générique et aveugle" a encore soutenu l'écrivain et chroniqueur de l'émission On est pas Couché sur France 2. "Dans cette interview, je ne suis pas du tout en train de rouler des mécaniques, de frimer, et de dire 'regardez les jolies filles avec qui je sors'". "Dans l'interview je ne dis pas être fier de cet état de fait, j'expliquais à cette journaliste qu'une de mes malédictions psychanalytiques, c'est je n'avais pas accès aux femmes de 50 ans parce que j'étais bloqué dans une sorte de processus infantilisant, je voyais les femmes de 50 ans comme ma mère, comme Folcoche (personnage du roman Vipère au poing). Malheureusement je n'y avais pas accès et c'est toujours le cas" explique l'auteur.

"Les magazines féminins nous montrent des créatures"

Finalement, Yann Moix s'est interrogé sur la place et l'image des femmes dans les médias, estimant que les magazines féminins "feraient bien de balayer devant leur porte". "Est-ce qu'on voit beaucoup de femmes de 50 ans en Une des magazines féminins?" a-t-il demandé à Apolline de Malherbes. 

"Bien souvent on nous montre des créatures et pas des femmes (...) Et quand on voit des femmes de 50 ans, elles sont retouchées, photoshoppées; alors je veux bien qu'on essaie de trouver une victime expiatoire pour la rouler dans la poussière mais je ne m'excuserais pas parce que je n'ai pas voulu blesser quiconque et il faudrait vraiment être un abruti pour considérer que les femmes ne sont belles qu'à 25 ans. Je n'ai jamais dit ça" a-t-il martelé.

Jeanne Bulant