BFMTV

Mariage homo: Valls accuse des "groupuscules" de tenter de "déstabiliser la République"

Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, invité de RTL mardi 16 avril

Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, invité de RTL mardi 16 avril - -

Pour le ministre de l'Intérieur, certains "groupuscules" opposés au mariage homosexuel tentent par leurs "actions violentes" à "déstabiliser la République".

Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, a estimé mardi que certains "groupuscules" opposés au mariage homosexuel cherchaient par leurs "actions violentes" à "déstabiliser la République" et qu'il était "temps de tourner la page" de cette réforme.

"Il y a une radicalisation"

"Je ne fais pas l'amalgame entre une minorité et ceux qui légitimement peuvent manifester contre un texte de loi qui ne leur plait pas (...) mais il y a une radicalisation; des groupuscules tentent par des actions violentes de déstabiliser la République", a déclaré Manuel Valls sur RTL.

"Quand vous avez des groupuscules identitaires d'extrême droite à Paris ou à Lyon qui s'en prennent aux institutions, qui ne veulent pas que les ministres puissent assister à un certain nombre de manifestations, qui attendent une journaliste, en l'occurrence Caroline Fourest, gare Montparnasse à Paris, en faisant le signe nazi, (...) cela est intolérable", a-t-il martelé.

"Il est temps de tourner la page"

"Il est temps de tourner la page" de cette réforme qui était dans le programme de François Hollande et qui a donné lieu à des débats au Parlement, a ajouté le ministre, en précisant qu'il rencontrerait "le plus vite possible, s'ils le veulent", les "organisateurs" qui ont "déposé de nombreuses demandes de manifestations" à la préfecture de Paris pour les jours à venir.

Après le vote du texte au Sénat vendredi et l'accélération du calendrier parlementaire annoncée dans la foulée, les militants opposés au mariage homo ont multiplié leurs actions.


A LIRE AUSSI:

>> Contre le mariage homo, les "Hommen" bloquent la rue de Rivoli

>> Caroline Fourest chahutée par des opposants au mariage homo

>> Les anti-mariage homo fustigent un "déni de démocratie"

M.G. avec AFP