BFMTV

Les dessous de l'affaire Cahuzac: la théorie du complot de l'armée

Jérôme Cahuzac

Jérôme Cahuzac - -

Selon le journal helvétique "L’Hebdo", les services de renseignements français sont à l'origine de la chute de l'ancien ministre du Budget. Explication d'un scénario dignes des films de conspiration.

Ne jamais s’en prendre au budget de l’armée. Ce serait l’une des leçons à tirer de l’affaire Cahuzac. L’ex-ministre comptait faire des coupes drastiques dans le budget de la Défense, selon le journal suisse L’Hebdo. Une très mauvaise idée.

Jérôme Cahuzac envisageait de raboter jusqu’à 1 milliard d’euros en 2014. Une terrible nouvelle pour l’armée et les industriels du secteur. L’hypothèse "Z" impliquait la suppression d'une trentaine de régiments, la vente du Charles-de-Gaulle, entre autres.

L'armée contre-attaque alors. Les services de renseignement français auraient donné le tuyau sur l’existence des comptes étrangers de l’ex-ministre du Budget, accélérant sensiblement le destin de Jérôme Cahuzac.

"Cahuzac? L'armée a eu sa peau"

Les services secrets auraient eu accès à des informations privilégiées sur son compte suisse, ce qui expliquerait la surprise des autorités genevoises devant la précision des renseignements permettant d'orienter l'enquête.

Un scénario digne des grands films de complot. Un certain nombre d’informations seraient gardées sous le coude par les services de renseignements, histoire de maintenir leur influence sur le monde politique.

Selon l’hebdomadaire, un rapport de la DCRI aurait été remis en toute confidentialité le 16 février à un groupe de travail parlementaire sur les exilés fiscaux. Deux sources sont cités par le journal helvétique: des sources sécuritaires anonymes et des députés membres de la Commission de défense du Palais Bourbon. "Cahuzac? L’armée a eu sa peau", cite L’Hebdo. Mission accomplie, le président a repoussé le débat sur la loi de programmation militaire à l'automne

A LIRE AUSSI:

>> Affaire Cahuzac: Moscovici va porter plainte contre "Valeurs actuelles"

>> Affaire Cahuzac: Moscovici dans le viseur

>> Cahuzac avoue et provoque un séisme politique

L. B.