BFMTV

Le contrat de génération, nouvelle arme anti-chômage de Hollande

-

- - -

Ce mercredi lors du conseil des ministres sera présenté le contrat de génération. Ce projet vise à encourager l’embauche des jeunes en CDI et le maintien dans l’emploi des séniors.

Engagement phare de François Hollande, le contrat de génération franchit ce mercredi l'étape du Conseil des ministres avant un examen mi-janvier au Parlement. Le dispositif qui crée des binômes jeune-senior pour encourager l'embauche des premiers et garantir l'emploi des seconds, se décline sous des formes différentes selon la taille de l’entreprise.

Le contrat change selon la taille de l'entreprise

• Moins de 50 salariés

Les moins de 50 seront directement éligibles au contrat de génération.

La prime, de 4.000 euros par an pendant trois ans maximum, sera versée pour l'embauche en CDI d'un jeune de moins de 26 ans (moins de 30 ans si handicapé) et un salarié de plus de 57 ans maintenu en poste (55 ans si handicapé ou nouvelle embauche). Avec cette incitation, le gouvernement espère 500.000 embauches de jeunes sur 5 ans.

 Entre 50 et 300 salariés

Ces entreprises devront avant la mise en place du contrat de génération avoir conclu un accord collectif ou être couvertes par un accord de branche.

Les modalités des aides de l’Etat sont les mêmes que pour les moins de 50 salariés.

• Plus de 300 Salariés

Les plus grandes entreprises ne recevront aucune aide mais risqueront une pénalité si elles ne négocient pas, avant le 30 septembre 2013, des accords en lieu et place des accords seniors en vigueur depuis 2010.

Un coût de un milliard d'euros

D'après le ministère du Travail, ces accords ou plans qui devront comporter des objectifs d'embauche et des actions d'accompagnement concerneront 400.000 seniors et 800.000 jeunes dans les entreprises de plus de 300 salariés.

Selon Les Echos, le dispositif, une fois monté en charge, pourrait coûter près d'un milliard d'euros par an.