BFMTV

Jean-Michel Blanquer: "2.200 classes de CE1 passeront à 12 élèves"

Le ministre de l'Education nationale prône "l'expérimentation" comme méthode et pose comme projet que "la priorité doit aller à l'école primaire: Il faut en sortir en ayant appris à lire, écrire, compter et le respect d'autrui".

"L'Education nationale, c'est le projet de toute ma vie, de ma naissance à ma mort", a affirmé, Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, lundi sur BFMTV et RMC. L'ancien patron de l'Essec, ancien numéro 2 du ministère sous Luc Chatel de 2009 à 2012, a d'bord défendu sa première réforme: en primaire, passer les classes de zones d'éducation prioritaire de CE1 à douze élèves. "2.200 classes de REP (Réseau d'éducation prioritaire, ndlr) verront leur nombre d'élèves divisé par deux dès la prochaine rentrée" des classes en septembre 2017, a-t-il assuré.

Le ministre Blanquer prône "l'expérimentation" comme méthode et pose comme projet que "la priorité est à l'école primaire, qui est la mère de toutes les batailles. Notre objectif est que les élèves sortent de l'école primaire en ayant les compétences fondamentales. Il faut sortir de l'école primaire en ayant appris à lire, écrire, compter et le respect d'autrui." Jean-Michel Blanquer aussi compte réfléchir à la possibilité d'accueillir les enfants à la maternelle dès l'âge de deux ans contre trois actuellement. "Il faut faire du cas par cas", précise-t-il.

Vers un "bas musclé"?

Autre sujet sur la feuille de route fixée par Emmanuel Macron à Jean-Michel Blanquer: une éventuelle réforme du baccalauréat. L'idée serait de de diminuer le nombre d'épreuves - 3 ou 4 grosses matières - et de passer les autres en contrôle continu. "Je suis favorable à un bac musclé mais il est trop tôt pour se prononcer, je ne suis en poste que depuis trois jours", a évacué le ministre.

S.A.