BFMTV

Intermittents: des "gestes" possibles, mais la réforme passera selon Sapin

Michel Sapin a assuré dimanche que le gouvernement "donnera évidemment son agrément à l'ensemble de la réforme".

Michel Sapin a assuré dimanche que le gouvernement "donnera évidemment son agrément à l'ensemble de la réforme". - -

Des "avancées possibles" concernant la question des intermittents du spectacle, sans pour autant revenir sur l'ensemble de la réforme de l'assurance chômage. C'est, en substance, ce qu'a déclaré le ministre du Budget dimanche.

Le ministre du Budget, Michel Sapin, a estimé dimanche lors d'une interview sur Europe 1, qu'il y avait des "avancées possibles" concernant la question des intermittents du spectacle, sans pour autant qu'il puisse être question de revenir sur l'ensemble de la réforme de l'assurance chômage.

Les intermittents demandent au gouvernement de ne pas agréer la nouvelle convention d'assurance-chômage, issue de l'accord signé le 22 mars entre le patronat et trois syndicats (CFDT, FO et CFTC) et qui durcit les conditions d'indemnisation de plusieurs catégories de chômeurs, dont les leurs.

Le gouvernement "donnera" son agrément à la réforme

"Le gouvernement donnera évidemment son agrément à l'ensemble de la réforme pour apporter davantage de sécurité à l'ensemble des chômeurs", mais parallèlement "je tiens aussi à ce que l'on assure la continuité du financement" pour des personnes, comme les intermittents, dont l'activité est par nature précaire, a indiqué le ministre.

"Est-ce qu'il y a des gestes possibles? Je pense que c'est possible, je ne vais pas les annoncer aujourd'hui, c'est à Jean-Patrick Gilles (le médiateur, ndlr) de le faire, il est dans la concertation. Mais il y a des possibilités d'avancées pour répondre à des préoccupations qui sont légitimes et pour continuer à fonder sur un système de financement efficace une grande spécificité française autour de la création" artistique, a déclaré Michel Sapin.

"On ne va pas remettre en cause l'ensemble de l'assurance chômage pour la question de l'intermittence", a toutefois souligné le ministre. "Mais ça doit bouger dans d'autres domaines, c'est que proposera de faire Jean-Patrick Gilles dans les jours qui viennent", a-t-il ajouté, sans donner davantage de détails.

C.P. avec AFP