BFMTV

Immigration: visite très attendue de Manuel Valls à Calais

Manuel Valls se rend jeudi à Calais pour une visite consacrée à l'immigration clandestine.

Manuel Valls se rend jeudi à Calais pour une visite consacrée à l'immigration clandestine. - -

Le ministre de l'Intérieur se rend jeudi à Calais, ville par laquelle transitent chaque année des centaines de clandestins pour tenter de rejoindre le Royaume-Uni. Les prédécesseurs de Manuel Valls ont tous échoué à y juguler l'immigration clandestine.

Le ministre de l'Intérieur se rend jeudi à Calais pour une visite chargée dans ce haut lieu de passage des clandestins vers le Royaume-Uni. Au programme: une visite du terminal Eurotunnel à Coquelles, l'installation du nouveau directeur de la police aux frontières Renaud Bernhardt, la visite du centre de rétention administratif, une table ronde sur la situation des migrants dans le Pas-de-Calais et enfin une conférence de presse.

La maire de Calais déjà déçue

La maire UMP de Calais, Natacha Bouchart, s'est dite mercredi "d'ores et déjà" déçue. "Cela fait plus d'un an que Manuel Valls a les informations relatives à la sécurité de Calais. Je l'accueillerai en tant qu'élue de la République mais d'ores et déjà je peux dire que ce sera une visite décevante", a-t-elle expliqué mercredi.

La première édile calaisienne, qui réclamait de longue date des effectifs de sécurité supplémentaire et la mise en place d'une zone de sécurité prioritaire (ZSP), n'a pas obtenu gain de cause. Mercredi, 16 nouvelles ZSP ont été annoncées par le ministère de l'Intérieur et quatre extensions, mais rien pour Calais.

"Je ne vois pas ce qu'il va nous annoncer" de plus, a poursuivi Natacha Bouchart, très remontée. La maire a indiqué qu'elle demanderait malgré tout au ministre des effectifs supplémentaires, en forces de police mais aussi en effectifs humanitaires.

Des centaines de clandestins à Calais

Il y a en permanence entre 300 et 350 migrants clandestins à Calais qui tentent de passer en Angleterre, selon la préfecture du Pas-de-Calais. Les associations les estiment à environ 500. Natacha Bouchart, tout comme ses prédécesseurs, s'est exprimée à de nombreuses reprises sur les pressions migratoires dans la ville.

Sarkozy, Villepin et Besson se sont cassé les dents

La Voix du Nord rappelle qu'au cours des dernières années, différents ministres de l'Intérieur avaient essayé de repousser l'immigration clandestine du Calaisis. En vain.

En 2002 déjà, Nicolas Sarkozy avait fermé le centre de La Croix-Rouge de Sangatte. Deux ans plus tard c'est Dominique de Villepin qui avait avait le déplacement en compagnie de son homologue britannique David Blunkett. Nicolas Sarkozy y était ensuite retourné deux fois en 2005. C'est ensuite Eric Besson qui venait en 2009 "régler" le problème de la "jungle, ces bois dans lesquels se réfugient les sans-papiers.

Par la suite, Claude Guéant s'était rendu sur place une fois. Il s'était alors gardé d'aborder l'immigration clandestine, pour se pencher sur la sécurité des JO de Londres.

K. L. avec AFP