BFMTV

Grippe aviaire: Le Foll justifie l'abattage des canards face à un virus mortel

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement, était ce mardi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et sur RMC.

Invité mardi matin sur BFMTV et RMC, Stéphane Le Foll annonce que le virus de la grippe aviaire "a progressé de l'est vers l'ouest", alors que les autorités ont pris la décision mardi matin d'abattre tous les canards des Landes. "On est arrivé au bout du département des Landes, avec des foyers qui continuent à être détectés, donc on a stabilisé des zones qui avaient été infectées".

"Pour le ministre de l'Agriculture, ce sont des décisions lourdes à prendre, et pour ceux qui souffrent dans la filière, c'est une angoisse qui dure depuis deux ans, j'en ai parfaitement conscience", continue Stéphane Le Foll. "Ce n'est pas de gaieté de cœur que je prends ce type de décision".

"Un virus de toute façon mortel" pour les volailles

Parlant de "stabilisation", le ministre de l'Agriculture reconnaît ne pas parvenir pas pour l'instant à éradiquer le virus de la grippe aviaire: "Les autorités sanitaires font face à un virus qui a une propagation d'une virulence jamais vue et avec des délais d'incubation extrêmement courts". Or, "il n'y a aucune autre méthode qui est proposée scientifiquement que l'abattage. (...) La contamination ne progresse pas, mais elle est toujours là".

"L'Etat était là l'an dernier, il sera là cette année", veut rassurer le porte-parole du gouvernement: il y aura des indemnisations pour les éleveurs. Stéphane Le Foll assure comprendre la détresse de la filière devant l'annonce d'une procédure d'abattage systématique, mais rappelle qu'"on fait face à un virus qui de toute façon était mortel pour l'ensemble du cheptel, avec une diffusion très rapide".

A.L.M.