BFMTV

Macron présentera vendredi "les perspectives" du déconfinement

Dans sa conférence de presse tenue à l'issue du Conseil des ministres, le Premier ministre a affirmé qu'Emmanuel Macron détaillerait vendredi la stratégie de sortie de la crise sanitaire.

Il s'agira du premier jalon de notre dispositif de sortie de crise sanitaire. Ce mercredi à l'issue du Conseil des ministres, Jean Castex a dévoilé le contenu du projet de loi prévoyant le régime transitoire censé permettre "un retour à une vie plus normale". À compter de juin, lorsque doit cesser l'état d'urgence sanitaire, c'est un "devoir de vigilance sanitaire" qui primera, a annoncé le Premier ministre.

Emmanuel Macron présentera vendredi les éléments de la stratégie de sortie de crise, pour préciser les modalités de la levée "progressive et phasée" des restrictions mises en place pour contenir la troisième vague de l'épidémie de Covid-19, a-t-il annoncé.

"Régime transitoire"

"Notre situation épidémique continue de s'améliorer à un rythme régulier", a assuré Jean Castex, qui a évoqué notre taux de reproduction du virus ("le fameux R0"), qui était mardi à 0,89. "Le niveau de circulation reste élevé, mais nous sommes sur une vraie tendance à la baisse", s'est-il réjoui, tempérant son propos en rappelant que cette baisse ne se traduisait "que très timidement sur le nombre de malades en réanimation".

Face à la perspective d'un desserrement de l'étau des restrictions, il y a besoin de prévoir des "outils juridiques" en cas de "nouvelle accélération de l'épidémie, soit à l'échelle du pays, soit à l'échelle d'un territoire particulier". Le "régime transitoire" dévoilé par Jean Castex doit être en place du 2 juin au 31 octobre.

Il s'agit ainsi "d'accompagner le processus de réouverture par des mesures adaptées à la situation" et de "disposer des outils nécessaires dans le cas d'un rebond épidémique", a-t-il expliqué.

En d'autres termes, le gouvernement se bricole un entre-deux qui lui laisserait la marge juridique pour décréter à nouveau, si besoin, l'état d'urgence sanitaire.

Ouverture des établissements

Plus concrètement, le régime transitoire touchera aux "conditions d'ouverture des établissements recevant du public" ou "la limitation de déplacement ou rassemblement sur la voie publique". Il aura également pour objet de prémunir dans la mesure du possible l'émergence de nouveaux variants du Covid-19, à travers un "renforcement du contrôle aux frontières". L'exigence d'un test négatif à la maladie sera ainsi pérennisée, et pourrait se voir adosser une "preuve de vaccination", a précisé le Premier ministre.

Aussi, le projet de loi doit conférer les moyens de "s'assurer du sérieux des conditions d'isolement des personnes soumises à une période de quarantaine". Enfin ce texte, dont l'examen au Parlement "pourra débuter la semaine prochaine", comporte aussi plusieurs dispositions "visant à faciliter et à sécuriser l'organisation des élections régionales et départementales" les 20 et 27 juin.

Jules Pecnard Journaliste BFMTV