BFMTV

Conférence environnementale: les écolos attendent le gouvernement

Pascal Canfin et Cécile Duflot, les deux ministres écologistes du gouvernement.

Pascal Canfin et Cécile Duflot, les deux ministres écologistes du gouvernement. - -

De vendredi à samedi matin, ministres, syndicats, ONG et spécialistes débattront pour définir la politique verte de la France. Et déminer en partie le terrain entre les écolos et le gouvernement.

Au sein du gouvernement, le ton est monté ces derniers temps entre les Verts et les socialistes. Pour aplanir les relations, François Hollande en personne se déplace vendredi pour ouvrir la seconde conférence environnementale, sorte de séminaire servant à définir la politique "verte" de la France.

Déjà, dimanche dernier lors de son grand oral face aux Français et à Claire Chazal, le chef de l'Etat avait rappelé que "l'écologie ne devait pas se résumer à un impôt". Pourtant, la question d'une fiscalité verte tend les relations et rend fébrile l'ensemble de l'équipe gouvernementale quand le ministre de l'Environnement Philippe Martin est contraint de rétropédaler sur la taxation du diesel.

Le projet sera finalement abandonné par décision de l'Elysée mais lors de son grand oral, François Hollande a donné suffisamment de gages pour calmer la fronde.

L'enjeu de ces tensions? L'engagement de la France vers la transition énergétique effective. Il s'agit d'anticiper le déclin de nos énergies actuelles mais aussi de les substituer par des moyens plus respectueux de l'environnement.

Un "rendez-vous capital"

"Ce rendez-vous est capital", pose d'emblée le secrétaire national d'Europe-Ecologie-Les-Verts (EELV) Pascal Durand. "Il conditionne en grande partie les autres", poursuit-il. Le responsable d'EELV dément néanmoins avoir posé un "ultimatum" politique à François Hollande. "Si un ultimatum est posé, ça n'est pas le nôtre, mais celui du climat, de l'épuisement des ressources naturelles, de l'exploitation intensive ou l'artificialisation des terres agricoles", écrit-il.

Et justement, la colère des Verts vient aussi de l'annonce d'un retard concernant la loi sur la transition énergétique qui devrait être votée "au mieux" fin 2014. "Beaucoup de choses restent à faire" si la France veut devenir la nation de "l'excellence environnementale" comme l'a promis le président, estime pour sa part l'écologiste Nicolas Hulot. "Ce qui manque, c'est une vision et une cohérence".

14 ministres, une clôture par Ayrault

Pour faire retomber la pression, François Hollande a promis un crédit d'impôt pour la rénovation thermique et entériné l'idée d'une taxe carbone.

Pas moins de 14 ministres se succéderont sur place car, après les gages donnés, François Hollande est attendu sur les actes, et les travaux de cette journée et demi serviront à arbitrer les futures décisions politiques du gouvernement. Celles-ci seront scrutées, d'autant plus que les écologistes peuvent peser à l'heure des élections municipales.

Preuve que les questions écologiques sont au coeur des préoccupations, François Hollande sera vendredi après-midi à Quimper dans une usine Bolloré de voitures électriques. Quant au discours de clôture, samedi matin, il sera prononcé par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault en personne.

Samuel Auffray