BFMTV

Agnès Buzyn: L'homéopathie? "C’est probablement un effet placebo"

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la santé

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la santé - BFMTV

La ministre de la Santé Agnès Buzyn s'est dite ce jeudi favorable au maintien du remboursement de l'homéopathie, médecine qui selon elle a "probablement un effet placebo" mais "ne fait pas de mal".

L'homéopathie sera-t-elle toujours remboursée par la Sécurité sociale? "Nous verrons", a répondu la ministre des Solidarités et de la santé ce jeudi sur BFMTV et RMC, avant d'ajouter "parce que les choses évoluent".

"Il y a en permanence une évaluation des médecines qu'on appelle complémentaires. Il y a un groupe de travail à la direction générale de la santé qui vérifie que toutes ces pratiques ne sont pas nocives. Si ça continue à être bénéfique sans être nocif, ça continuera à être remboursé."

"Ça ne fait pas de mal"

Selon Agnès Buzyn, l'homéopathie est particulièrement prisée par certains.

"Les Français y sont attachés, c'est probablement un effet placebo. Si ça peut éviter d'utiliser des médicaments toxiques, je pense que nous y gagnons collectivement, ça ne fait pas de mal", a indiqué la ministre.

Dans une tribune publiée par Le Figaro le 19 mars, des médecins s'en étaient pris avec virulence à l'homéopathie, qui consiste à administrer diverses substances à doses infinitésimales. Ils évoquaient des pratiques "ésotériques" et "dangereuses".

"L'homéopathie, comme les autres pratiques qualifiées de 'médecines alternatives', n'est en rien scientifique. Ces pratiques sont basées sur des croyances promettant une guérison miraculeuse", estimaient-ils.

Des controverses régulières

Des médecins favorables à l'homéopathie ont répliqué en portant plainte devant le Conseil national de l'ordre des médecins contre les principaux signataires. Certains ont rendu publique ces derniers jours leur convocation devant l'Ordre, comme le rapporte Le Figaro.

Des controverses éclatent régulièrement sur l'efficacité de ces traitements, dont le numéro un mondial, les laboratoires Boiron, est français.

En septembre 2017, le Conseil scientifique des académies des sciences européennes (Easac) avait jugé qu'il n'y avait "aucune preuve solide de l'efficacité des produits homéopathiques pour quelque maladie que ce soit, même s'il y a parfois un effet placebo". "L'homéopathie peut avoir un effet nocif en retardant la consultation d’un médecin ou dissuadant le patient de rechercher les soins médicaux appropriés", regrettait-il également. Il recommandait par ailleurs que les assurances maladies ne les remboursent pas.

C.H.A.