BFMTV

Aéroport de NDDL: "Pourquoi pas un référendum local?", propose Royal

La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, sur le plateau de BFMTV-RMC, lundi 9 mars 2015.

La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, sur le plateau de BFMTV-RMC, lundi 9 mars 2015. - BFMTV

Invitée de BFMTV-RMC lundi matin, la ministre de l’Ecologie et du Développement durable a évacué l’échéance de 2017, préférant se concentrer sur les dossiers chauds qui s’accumule sur son bureau. Fessenheim, Sivens, NDDL, fusion EDF-Areva… Ce qu’il ne fallait pas rater de son interview.

Obsession ou stratégie politique? Dimanche, Manuel Valls s’est de nouveau attaqué au Front national, "revendiquant la stigmatisation de Marine Le Pen. " Des "formules chocs" selon l’UMP Xavier Bertrand qui les a aussitôt condamnés sur BFMTV. Lundi matin, Ségolène Royal a défendu les paroles du premier ministre. "Je ne comprends pas toutes les réactions critiques au sujet de cette phrase, qui est une phrase de mobilisation, a-t-elle tempéré sur BFMTV-RMC. Il y a une mobilisation tout à fait logique en période pré-électorale." Puis, interrogée pour savoir si Manuel Valls avait eu raison d’évoquer la stigmatisation de Marine Le Pen, la ministre de l’Ecologie et du Développement durable a répondu: "Oui, il a raison, mais passons à autre chose."

Un référendum local pour NDDL?

Il faut dire que les dossiers chauds ne manquent pas actuellement au ministère de l’Ecologie. A commencer par celui du barrage de Sivens. "On revient de loin sur Sivens, a affirmé Ségolène Royal, confirmant que les travaux du barrage –dont la version allégée a été adoptée vendredi par le conseil général du Tarn- débuteraient "quand les procédures légales seront achevées". 

Alors que les gendarmes ont mis fin à l’occupation de la Zad dans une ambiance parfois tendue, un autre projet cristallise les tensions : celui de l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes. Sur ce dossier, la ministre a évoqué l’idée d’un référendum local. "Pourquoi pas un référendum local?", a-t-elle lancé. "Ouvrons les choses, au lieu de toujours se figer dans des postures, dans des conflits. Décompressons, ouvrons le jeu de la société, permettons que les gens s'expriment, faisons confiance à l'intelligence humaine, au dialogue démocratique, à la démocratie participative", a-t-elle lancé, à l'appui de sa suggestion d'un référendum. Lors de la Conférence environnementale fin novembre, François Hollande avait évoqué la possibilité de recourir à des référendums locaux lorsque des projets d'aménagement du territoire sont contestés. 

Fessenheim fermera

Puis interrogée sur l’action menée par Greenpeace lundi matin près de l’Assemblée nationale –l’ONG a déployé une banderole interpelant François Hollande sur ses promesses concernant le nucléaire-, Ségolène Royal a défendu l’action du gouvernement. "Greenpeace souhaite la sortie du nucléaire, ce n'est pas la position du gouvernement", a-t-elle d’abord déclaré, expliquant que la part du nucléaire serait réduite à l’horizon 2025 "comme cela a toujours été le cas, il n’y a pas matière à polémiquer". Et de réaffirmer que la centrale nucléaire de Fessenheim fermera "quand deux réacteurs ouvriront, à Flamanville".

Enfin, Ségolène Royal a assuré que, concernant Areva et une éventuelle fusion avec EDF, "toutes les hypothèses sont sur le tapis".

S. C.