BFMTV

Adoption: des enfants "atypiques" réservés aux couples homos, le gouvernement condamne

Le secrétaire d'État chargé de la Fonction publique, Olivier Dussopt.

Le secrétaire d'État chargé de la Fonction publique, Olivier Dussopt. - Ludovic Marin - AFP

Dans une interview à France Bleu Normandie, la responsable du service adoption de Seine-Maritime explique que les couples homosexuels ne sont "pas prioritaires" pour adopter. Pour multiplier leurs chances, ils devraient donc se montrer "ouverts" quant au profil de l'enfant.

En France, l'adoption par les couples homosexuels est légale depuis 2013. Mais dans les faits, les discriminations ne manquent pas. Lundi, France Bleu Normandie a consacré un reportage sur le sujet dans lequel la responsable de l'adoption au département de Seine-Maritime, Pascale Lamare, explique que "les couples homosexuels ne sont pas exclus mais ils ne sont pas prioritaires" pour l'adoption. A ses yeux, "eux-mêmes sont un peu atypiques, si on peut le dire, par rapport à la norme, sociale mais aussi la norme biologique". Elle considère donc qu'ils doivent s'ouvrir à "des profils d'enfants atypiques".

Mais qu'est-ce que des enfants atypiques? Pour Pascale Lamare, il s'agit d'enfants "trop cassés, trop perturbés psychologiquement, trop grands, handicapés. Ces enfants-là ont des perturbations qui ne sont pas recherchées et c'est normal". Conclusion de cet étrange raisonnement: "si les couples homosexuels ont des attentes ouvertes, ils peuvent très bien adopter" l'un de ces enfants.

Olivier Dussopt condamne les propos

Ces propos tout à fait assumés ont provoqué la colère du président du département de la Seine-Maritime, Pascal Martin. Sur Twitter, il a "condamné fermement les propos" de Pascale Lemare, et rappelé qu'il n'y a "aucune différence à faire entre les couples hétérosexuels et homosexuels".

Une condamnation dont a pris acte Olivier Dussopt, ex-PS devenu secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des comptes publics. "Si les propos sont vérifiés, ils sont contraires aux principes de neutralité, d'égalité et de refus des discriminations qui caractérisent la fonction publique", écrit-il.

A. K.