BFMTV

Gilets jaunes: Mariani propose d'autres méthodes de maintien de l'ordre

Thierry Mariani était notre invité ce jeudi matin. Il s'est exprimé sur le sujet du maintien de l'ordre après que la haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a demandé à la France de mener des investigations sur un usage potentiellement excessif des forces de l'ordre à l'endroit des gilets jaunes.

Thierry Mariani, numéro 3 de la liste du Rassemblement national aux européennes, était sur notre plateau ce jeudi matin. Il a pris position sur la question du maintien de l'ordre autour du mouvement des gilets jaunes. Cette prise de parole intervenait au lendemain de la déclaration de la Haut-commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, Michelle Bachelet, qui a demandé à la France de mener "une enquête approfondie" sur de potentiels cas d'"usage excessif" de la force à l'encontre des manifestants français. 

Mariani ironise 

Thierry Mariani a ironisé: "La France adore donner des leçons au monde entier pour une fois on en reçoit. Ça devrait nous inciter à la modestie et quand on veut donner des leçons il faut être incontestable et je ne pense pas que le président soit incontestable dans son comportement". Il a encore développé: "On n’a pas à prendre parti. Je suis gilet jaune et forces de l'ordre. Je refuse la violence d'où qu elle vienne, gilets jaunes ou casseurs, et le discours du gouvernement qui oppose les uns et les autres".

Il a expliqué la sortie de Michelle Bachelet: "Ce que dit Bachelet c’est simplement que peut-être il faut revoir les conditions du maintien de l’ordre. Dans d’autres pays il y a d’autres méthodes, des méthodes comme le canon à eau, qui n’éborgnent pas les gens." Il a continué à lister les méthodes de maintien de l'ordre ayant sa préférence:

"Dans d’autres pays, on évite le contact (...). On devrait changer les munitions du LBD, dans d’autres pays on constate que ce sont d’autres munitions et elles font moins de blessés."

Robin Verner