BFMTV

Gilets jaunes: les Champs-Elysées ouverts samedi aux piétons après un filtrage policier

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé ce jeudi que les Champs-Élysées resteront ouverts au public samedi alors que doit se tenir la troisième grande manifestation des gilets jaunes. Les contrôles d'identité seront néanmoins "systématiques".

Le ministre de l'Intérieur a annoncé ce jeudi que les Champs-Elysées, où veulent manifester à nouveau les "gilets jaunes" samedi une semaine après des débordements sur cette avenue, seraient fermés à la circulation et ouverts "aux piétons" mais avec des "contrôles d'identité systématiques".

"Les Champs-Elysées seront ouverts aux piétons dans un dispositif très resserré, très hermétique, sur l'ensemble des accès aux Champs-Elysées (...) Ils pourront pénétrer, ils seront contrôlés avec une pièce d'identité, nous fouillerons les sacs", a déclaré Christophe Castaner sur France 3, en insistant sur les "contrôles d'identité systématiques".

"Nous fouillerons les sacs pour éviter qu'il y ait des armes par destination et que nos forces de l'ordre soient des victimes, surtout que nous savons que l'ultra gauche et l'ultra droite, comme ça avait été le cas la semaine dernière pour l'ultra droite en particulier au début de la matinée, se mobilisent pour venir une nouvelle fois casser", a précisé le ministre.

"Dès qu'il y aura des dégâts nous sanctionnerons"

"Non seulement le périmètre sera protégé mais nous aurons des forces d'interpellation sur le site et dès qu'il y aura des dégâts, des provocations, nous sanctionnerons, nous interpellerons et nous livrerons à la justice", a prévenu Christophe Castaner, sans préciser le nombre de forces de l'ordre mobilisées samedi.

Le ministre a rappelé qu'au niveau national lors du pic de manifestations le 17 novembre 65.000 policiers, gendarmes et sapeurs-pompiers avaient été mobilisés. Il a souligné un "taux phénoménal" de blessés dans leurs rangs.

5000 policiers mobilisés

Selon plusieurs sources policières contactées par l'AFP, le dispositif samedi pourrait mobiliser une cinquantaine d'unités de forces mobiles, soit environ 5000 hommes. Le ministre a également demandé aux "gilets jaunes" de déclarer leurs manifestations. Concernant celle sur les Champs-Elysées, il a assuré qu'une "personne a dit 'je veux bien organiser la manifestation'" mais qu'il n'avait pas reçu de "demande officielle".

Invité sur notre antenne, Philippe Capon, secrétaire général d'Unsa Police a confié que "le dispositif n'était pas encore complètement finalisé pour l'instant, hormis les forces de l'ordre dont on sait qu'elles seront plus nombreuses". Il assure néanmoins que "le filtrage au niveau des accès est possible", sachant que le périmètre incluant la place de la Concorde interdit la semaine dernière sera maintenu samedi. 

Mais selon lui, "la première décision à prendre avant de filtrer la circulation, c'est d'enlever tout ce qui se trouve sur les Champs-Élysées: le matériel de travaux, les engins de chantier qui ont servi à mettre le feu, à être envoyés sur les forces de l'ordre et à casser tout ce qu'il y a autour". 

Paul Louis avec AFP