BFMTV

Gattaz sur RMC : « On peut faire baisser le chômage en dessous de 7% »

Le président du Medef Pierre Gattaz

Le président du Medef Pierre Gattaz - -

Ce mercredi matin sur RMC et BFMTV, Jean-Jacques Bourdin recevait Pierre Gattaz. Le nouveau président du Medef s’est opposé à une hausse des cotisations dans la réforme des retraites et demande 100 milliards de baisse des charges pour les entreprises.

Invité sur RMC et BFMTV ce mercredi, Pierre Gattaz a appelé de ses vœux un recul de l’âge de départ à la retraite à 65 ans d'ici 2040 mais s’oppose à toute nouvelle cotisation. Le président du Medef demande 100 milliards d'euros de baisse des charges sur 5 ans.

Sur le travail le dimanche

8h56 - Pierre Gattaz : «On a une filière touristique qui ne demande qu’à s’épanouir et créer des emplois. On fait appel aux volontaires, il y en a beaucoup, il faut rouvrir le dossier et aller plus loin ».

Sur la loi sur l’égalité hommes-femmes

8h55 - Pierre Gattaz : « J'approuve cette loi mais il faut prendre du temps. Attention aux contraintes, aux quotas, aux pénalités. On nous taxe, on nous impose des pénalités. Nous avons 85 codes en France dont trois de plus de 3200 pages. Dès qu’il y a un problème, on fait une loi, c’est insupportable ».

Sur le plan d’investissements d’avenir annoncé par Jean-Marc Ayrault

8h53 - Pierre Gattaz : « Les 12 milliards d’euros sont intéressants comme investissement. Ce n’est largement pas suffisant, mais c’est une bonne façon de dire qu’on s’occupe de l’avenir. La France a été gérée comme un bouchon sur l’océan, sans cap, donc je soutiens ces investissements. Mais laissons les entreprises choisir ce que sont les secteurs d’avenir. Les secteurs pointés sont très intéressants, nous sommes dans le vrai, mais que l’Etat ne devienne pas colbertiste ».

8h52 - Pierre Gattaz : « Il faut comprendre que l’économie fait tourner le monde, elle doit être vertueuse, et peut être humaine ».

Sur les syndicats

8h50 - Pierre Gattaz : « Le dialogue social n’est pas un objectif, c’est une priorité. Le dialogue doit se faire avec les salariés et leurs représentants. Nous avons des rapports intéressants, il faut parler de dialogue économique et social ».

Une fiscalité commune pour les PME et les grandes entreprises ?

8h48 - Pierre Gattaz : « La fiscalité doit être incitative dans tous les cas de figure. Je pense que les taux d’imposition doivent être les mêmes ».

Sur les travailleurs étrangers venus d’Europe

8h48 - Pierre Gattaz : « Il faut harmoniser économiquement et fiscalement l’Europe, pour qu’il n’y ait pas un dumping social. L’Europe a une responsabilité, ça va prendre encore quelques années. C’est pour ça qu’il ne faut pas faire n’importe quoi en France, sinon ces phénomènes vont s’amplifier ».

Le Medef demande 100 milliards de baisses d’impôts en 5 ans

8h46 - Pierre Gattaz : « Il faut libérer les énergies, faire confiance aux entrepreneurs. Le problème du chômage peut être réglé par les entreprises. Si on nous donne ce terreau, vous verrez fleurir de la créativité, des PME, des TPE, qui vont finir par embaucher. Le chômage peut baisser en dessous de 7% d’ici 2020, c'est le pacte de confiance que je propose à François Hollande. Je ne demande pas plus que la moyenne européenne, je demande au président de nous faire confiance ».

8h45 - Pierre Gattaz : « Nous avons laissé dériver l’Etat et les dépenses publiques depuis 20 ans. Il y a trop de dépenses et de fonctionnaires en France, il faut le régler progressivement. Nous avons 220 milliards de plus de dépenses de l’Etat que l’Allemagne. Regardons ça calmement, sinon, les impôts vont augmenter aussi bien pour les ménages que pour les entreprises ».

Sur les retraites

8h43 - Pierre Gattaz : « Le Parti socialiste n’a pas fait de scenario, de calculs. La maison France brûle. Je chercherai toujours le consensus, mais nous avons une situation gravissime ».

8h42 - Pierre Gattaz : « Il faut être courageux. Je crois que François Hollande est conscient de la situation du pays. Il est fondamental de régler une fois pour toutes ce problème ».

8h40 - Pierre Gattaz : « Nous sommes pour l’âge légal de départ en retraite à 65 ans en 2040, et 63 ans en 2020, et 43 années de cotisation en 2020. Il faut jouer sur les deux paramètres, si nous ne sommes pas suffisamment rigoureux, nous aurons 200 milliards de déficit en 2020. Il faut augmenter les annuités de cotisation et l’âge légal, mais pas par révolution ».

Une retraite par points ?

8h40 - Pierre Gattaz : « Ça peut servir »

8h37 - Pierre Gattaz : « On a été reçus par le premier Ministre. Nous avons déjà 50 milliards de trop sur le coût du travail et 50 milliards de trop en impôts par rapport à la moyenne européenne. Il est impossible d’augmenter encore les cotisations. Le problème des retraites est mathématique : nous gagnons un trimestre de vie par an. Pour le même nombre d’actifs, nous avons plus de retraités. L’idéal est de ne pas baisser les pensions, sauf si c'est de façon très limitée, ni augmenter les cotisations ».

8h36 - Pierre Gattaz : « C’est une décision de justice, je n’ai rien à dire sur ce sujet ».

Revivez aussi l'émission Bourdin & Co de ce mercredi matin.

Mathias Chaillot avec Jean-Jacques Bourdin