BFMTV

Gabriel Attal porte plainte après avoir reçu par courrier des menaces antisémites et homophobes

Gabriel Attal va porter plainte après avoir reçu un courrier menaçant.

Gabriel Attal va porter plainte après avoir reçu un courrier menaçant. - Instagram - Gabriel Attal

Le porte-parole du gouvernement a publié, ce vendredi, sur Instagram, une lettre remplie de menaces antisémites et homophobes à son encontre.

"PD", "youpin", "menteur", "ordure"... Une lettre violente, chargée d'antisémitisme et d'homophobie, a été envoyée ce vendredi au porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Il en a révélé des extraits sur son compte Instagram et a indiqué qu'il a porté plainte.

Sur l'enveloppe, deux étoiles, jaune et rose, sont dessinées, faisant référence au système de marquage utilisé par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale pour les personnes juives et homosexuelles. Des dessins menaçants qui s'ajoutent au contenu tout aussi menaçant de la lettre qui le vise lui et Sibeth Ndiaye. L'ancienne porte-parole du gouvernement fait l'objet d'attaques sexistes et racistes.

"On vous fera la peau. [...] Les ordures = on les brûle. Bravo Attal = 2 étoiles = jaune et rose!", peut-on lire dans ce courrier.

"Le combat doit être permanent"

Gabriel Attal a indiqué sur son post Instagram ne pas avoir l'habitude de relayer "les immondices" qu'il reçoit.

"En ce début d’année, je fais une exception. Racisme, antisémitisme, homophobie, sexisme: ne prenons jamais nos valeurs pour acquises, le combat doit être permanent. Cette lettre en est une preuve supplémentaire", a-t-il écrit sur le réseau social.

Son parti, En Marche!, lui a apporté, sur Twitter, son "total soutien" face à ces "horreurs [qui] n'ont pas leur place dans notre société ni à l'écrit, ni à l'oral, nulle part".

La ministre Marlène Schiappa, les députés LaREM Laetitia Avia et Bruno Questel, mais également l'adjointe à la maire de Paris Audrey Pulvar ont apporté leur soutien à Gabriel Attal sur Twitter.

La LICRA a aussi indiqué soutenir le porte-parole du gouvernement dans deux tweets, appelant notamment "toute la classe politique" à "s'indigner" et à "mettre au placard les appartenances aux partis et les pudeurs de gazelles".

Clément Boutin Journaliste BFMTV