BFMTV

Marine Le Pen: "Personne ne m'empêchera de dire la vérité"

La présidente du Front national, Marine Le Pen, mardi au Parlement européen de Strasbourg.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, mardi au Parlement européen de Strasbourg. - -

Après la levée de son immunité parlementaire, la présidente du Front national a fustigé une décision qui "déshonore le parlement européen" et répété qu'elle "assumait" ses propos sur les prières de rue.

La levée de son immunité parlementaire par le Parlement européen? "Cela ne me surprend pas", a indiqué Marine Le Pen, sitôt cette décision connue. Sur notre antenne mardi, la présidente du Front national a indiqué que celle-ci avait été prise car elle était "une adversaire politique, peut-être plus dangereuse que les autres".

Cette décision intervenait après des propos de la présidente du Front national assimilant les prières de rue des musulmans en France à l'"Occupation" allemande. Une plainte avait été déposée par le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap). La levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen ouvre donc la voie à une procédure judiciaire à son encontre.

"Je vais me défendre devant le tribunal"

Mais la présidente du Front national persiste et signe. Cette opinion, elle continue de "l'assumer" car pour elle, il ne s'agit pas d'une "incitation à la haine". Simplement d'un "constat", de la "vérité".

Quant à l'idée d'un procès? Elle ne lui fait pas peur. "Je vais me défendre devant le tribunal et je suis sûre qu'il me donnera raison", a-t-elle déclaré tout de go. "Personne ne m'empêchera de dire la vérité sur la laïcité, les prières de rue et le voile."

M. T.