BFMTV

Marine Le Pen: "La Voix du Nord s'attaque à nous de manière inédite"

Marine Le Pen, ce lundi soir.

Marine Le Pen, ce lundi soir. - BFMTV

Ce lundi sur BFMTV, Marine Le Pen a dénoncé "la connivence" entre La Voix du Nord, qui a clairement pris position contre sa candidature en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, et "le Parti socialiste".

"C'est un véritable tract du Parti socialiste". Marine Le Pen n'a pas apprécié la manchette de La Voix du Nord titrée "pourquoi une victoire du FN nous inquiète", dans laquelle le quotidien régional prend clairement position contre sa candidature en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Et elle l'a redit ce lundi soir sur BFMTV.

"Depuis des années, nous considérons que les 1.5 millions d'euros par an accordés au groupe La Voix du Nord (…) sont tout à fait inutiles. Sur un mandat, ce sont 9 millions d'euros", avance Marine Le Pen."Nous considérons qu'ils ne rendent aucun service aux habitants de la région et qu'ils seraient bien mieux utilisés à destination des personnes âgées, des personnes handicapées", poursuit-elle. "C'est la raison pour laquelle La Voix du Nord s'attaque à nous d'une manière inédite (...) en pleine campagne régionale", s'indigne-t-elle.

"Connivence"

Marine Le Pen s'estime victime d'un campagne orchestrée par ses rivaux. "La réalité, c'est que ça met en évidence la connivence jusque-là clandestine entre La Voix du Nord et le pouvoir socialiste", croit savoir la patronne du FN. Le groupe de presse, argumente-t-elle, "est sous perfusion politique du conseil régional".

Pis, le journal serait également lié, selon elle, à son adversaire du parti Les Républicains, Xavier Bertrand: "La Voix du Nord est actionnaire de la télé de Xavier Bertrand, MaTélé", la chaîne locale basée à Saint-Quentin, dans l'Aisne. "Ca commence à faire beaucoup, comme connivence", s'indigne-t-elle. "Je souhaite une presse libre", promet-elle, "mais lorsque l'on est sou perfusion financière, on n'a plus de liberté éditoriale". 

C. P.