BFMTV

Marine Le Pen fait de l'œil aux seniors

Marine Le Pen tente de séduire les seniors, un électorat réticent au FN.

Marine Le Pen tente de séduire les seniors, un électorat réticent au FN. - Alain Jocard / AFP

Marine Le Pen a annoncé ce jeudi la création d'un "Collectif seniors", en marge du colloque "Bien vieillir, un enjeu majeur au XXIe siècle". La présidente du Front national tente de séduire les personnes âgées, un électorat réticent au parti frontiste.

Elle fait du pied sous la table à ceux qui n'en veulent pas. En marge du colloque "Bien vieillir, un enjeu majeur au XXIe siècle", qui s'est tenu à la Maison de la Chimie ce jeudi à Paris, Marine Le Pen, présidente du Front national, a (presque) tout mis en œuvre pour séduire les personnes âgées. Celle qui entrera officiellement en campagne présidentielle les 4 et 5 février à Lyon a annoncé la création d'un "Collectif seniors" alors que cette catégorie de population représente un verrou pour le parti frontiste.

Séduire pour conquérir

En pleine conquête pour atteindre le Graal, comprenez ici la présidence de la République, Marine Le Pen fait ce qu'elle peut afin de récolter des voix auprès des seniors.

"Je veux être la présidente de la République qui n'oubliera personne et ne laissera personne sur le bord du chemin, surtout pas nos aînés", a-t-elle martelé ce jeudi.

A coup de communiqués et de conférences de presse, le Front national en profite notamment pour évoquer la désertification rurale ou la "solitude" des retraités. Dans sa mesure phare de 2012, celle dont le parti est accusé de mettre sa "patte" dans les manifestations de policiers, a rappelé la "création d'une cinquième branche de la sécurité sociale consacrée à la dépendance" et promis d'évoquer prochainement les sujets des services de proximité, des petites retraites, du maintien des commerces en milieu rural et de la solidarité entre générations. Elle a notamment annoncé la création du "Collectif seniors", dont l'équipe qui le compose va vadrouiller sur le territoire pour aller à la rencontre des personnes âgés. Maisons de retraite, marchés, associations, ils se rendront dans les lieux clés de fréquentation de cette population.

Marine Le Pen est notamment partie du constat que les personnes âgées subissaient "les effets désastreux de la disparition des services publics. En France, on vit de plus en plus vieux mais on vieillit de plus en plus seul", a-t-elle assuré.

Un électorat hésitant

Selon un sondage Ifop de juin 2016, la présidente du Front national récolterait seulement 14% des voix des plus de 65 ans, contre 86% pour Alain Juppé, celui qui est favori des sondages pour la primaire de la droite et du centre. Si elle affrontait Nicolas Sarkozy, elle n'obtiendrait que 24% des voix des seniors, contre 76% pour l'ancien chef de l'Etat. Des chiffres expliqués par la réticence de cet électorat âgé à faire confiance à un parti qui met en avant la sortie de la zone euro alors qu'ils préfèrent rester au franc.

Réfractaires aux bouleversements, les personnes âgées remettent aussi en cause le "changement, qui peut les effrayer, sur leur épargne, sur l'euro", selon un dirigeant. Florian Phillipot, vice-président du FN, a tenté de calmer ces inquiétudes ce jeudi. "Longtemps, ils (les seniors, ndlr) ont cru que changer les choses pourrait être source de déséquilibres, de tensions. Nous, on est là pour leur expliquer qu'au contraire, c'est le pourrissement de la situation qui entraîne le désordre actuel', a-t-il lancé avant d'assurer vouloir "sauver l'épargne des Français".
dossier :

Marine Le Pen

Julie Breon avec AFP