BFMTV

Législatives: et si Marine Le Pen était la seule députée FN à l'Assemblée?

Marine Le Pen pourrait-elle être la seule députée FN à l'Assemblée nationale?

Marine Le Pen pourrait-elle être la seule députée FN à l'Assemblée nationale? - PHILIPPE HUGUEN / AFP

120 candidats frontistes sont qualifiés pour le second tour des législatives, mais une vingtaine d'entre eux seulement est arrivée en tête le 11 juin. Au sein du parti, plusieurs hypothèses de résultats circulent, dont celle d'une victoire unique, celle de Marine Le Pen.

Depuis le score décevant de Marine Le Pen à la présidentielle, le Front national a progressivement revu ses objectifs à la baisse. Officiellement, le parti veut croire que les députés frontistes seront plus nombreux que prévu à l'issue du second tour des législatives. Mais dans les faits, les chiffres parlent d'eux-mêmes. Pendant la campagne du premier tour, l'objectif était fixé au mieux à une quarantaine de circonscriptions, celles où Marine Le Pen avait atteint ou dépassé 50% lors de la présidentielle. Au pire, le chiffre espéré était celui de quinze députés, assez pour constituer un groupe au Palais Bourbon.

Mais le score du parti au premier tour, 13,2%, laisse entrevoir un nombre de députés bien plus faible. Les différentes projections ne dépassent pas le chiffre de 10, ce qui ne permettra pas de constituer un groupe. Au total, 120 candidats frontistes se sont qualifiés pour le second tour. 119 seront en duel, et un seul en triangulaire. Ils ne sont cependant qu'une vingtaine à être arrivés en tête devant leur adversaire le 11 juin. 

Marine Le Pen sort du lot

C'est Marine Le Pen qui a réalisé la meilleure performance, dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais. Avec 46% des voix, elle a devancé son adversaire de près de 30 points. La candidate de La République en marche, Anne Roquet, s'est qualifiée avec 16,43% des voix.

Sur le site du FN consacré aux législatives, les résultats de plusieurs autres candidats sont mis en avant: notamment ceux de Bruno Bilde, dans le Pas-de-Calais également, qui a réuni 35,5% des voix; d'Emmanuelle Ménard, dans l'Hérault, avec 35,41%; de Sébastien Chenu, dans le Nord, avec 33,21%, ou encore de Gilbert Collard, 32,27% dans le Gard, et Louis Aliot, dans les Pyrénées-Orientales, avec 30,80%. 

L'hypothèse d'une unique députée est envisagée

Parmi eux, certains ont en effet des chances de l'emporter le 18 juin, mais d'autres sont dans des situations plus compliquées. Dans la 2ème circonscription du Gard, Gilbert Collard est par exemple en ballottage défavorable et n'a devancé Marie Sara, la torera de La République en marche, que de quelques dizaines de voix: celle-ci a obtenu 32,16%.

"Ça va être difficile dans beaucoup de circonscriptions", reconnaît un cadre du parti, joint par BFMTV.com. 

En coulisses, la victoire de Marine Le Pen est une quasi certitude, mais c'est bien la seule.

"Dans une hypothèse haute, on peut miser sur 4 ou 5 députés. Dans une hypothèse basse, Marine Le Pen serait la seule élue", reconnaît ce membre du parti.

La possibilité que la présidente du FN soit la seule à siéger à l'Assemblée est bel et bien envisagée. Actuellement, deux députés frontistes siègent: Gilbert Collard donc et Marion Maréchal-Le Pen, qui a annoncé son retrait au profit d'Hervé de Lépinau.

Bruno Bilde et Sébastien Chenu ont une avance confortable

La jeune retraitée ne s'économise d'ailleurs pas, sur le terrain, pour soutenir ses amis et fidèles qui sont candidats. Elle était ainsi mercredi soir aux côtés de Gilbert Collard dans le Gard, et la veille avec Hervé de Lépinau dans le Vaucluse. Au premier tour des législatives, celui-ci n'a été devancé par la candidate LREM que de quelques dizaines de voix, avec 31,81% contre 32,07% pour son adversaire. Un résultat qui a été pour lui "un coup de semonce", comme il l'explique au Parisien, se disant persuadé que Marion Maréchal-Le Pen aurait fait un meilleur score. 

Si le FN parvenait à obtenir "4 ou 5" députés, il pourrait y avoir parmi eux plusieurs candidats que Marine Le Pen soutient particulièrement sur le terrain, à l'approche du second tour: Sébastien Chenu, qu'elle accompagnait dans le Nord ce jeudi, ou encore Bruno Bilde, qu'elle a rejoint dans le Pas-de-Calais jeudi, avec Steeve Briois. Ces deux finalistes disposent chacun d'une quinzaine de points d'avance par rapport à leur adversaire. 

>> Carte: L'évolution du vote Front national entre le premier tour des présidentielles et des législatives 2017

Charlie Vandekerkhove